Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

«Génération sacrifiée»: les étudiants, de vrais «oubliés dans cette crise sanitaire»

© SputnikManifestation étudiante contre la précarité à Paris
Manifestation étudiante contre la précarité à Paris - Sputnik France, 1920, 16.03.2021
S'abonner
Ce mardi 16 mars, plusieurs centaines de manifestants hurlent leur colère devant le ministère du Travail. Ils réclament des dispositifs pour lutter contre la précarité des étudiants. Notamment un plan d’urgence de 1,5 milliard d’euros et l’extension du RSA aux moins de 25 ans. Reportage de Sputnik…
«La crise sanitaire a démultiplié les problématiques, aggravant à la fois la précarité financière mais aussi le décrochage et la détresse psychologique des jeunes.»

Dans un communiqué commun, les syndicats CGT, FO, FSU, Solidaires sont inquiets. «Pour les étudiants, les lycéens, les jeunes travailleurs, les privées d’emploi, la situation est alarmante et gravissime», poursuivent-ils.

​De nombreuses organisations politiques (Jeunes Écologistes, Jeunes Insoumis, Jeunes Socialistes…) et des syndicats étudiants (Unef, Solidaires étudiant-e-s…) ont appelé à manifester contre la précarité ce mardi 16 mars partout en France. À Paris, ce sont près de deux cents personnes qui se sont rassemblées devant le ministère du Travail avant de rejoindre le ministère de l’Enseignement supérieur. Deux institutions au cœur des problèmes endurés par cette génération.

Selon l’Observatoire national de la vie étudiante (OVE), 58% des jeunes qui occupaient un emploi en parallèle avec leurs études ont vu leur activité baisser. Cela représentant une perte moyenne de 274 euros par mois. Pis encore, 36% ont tout simplement perdu leur travail lors du premier confinement.  Or, avant la crise du Covid-19, sur les 2,7 millions d’étudiants en France, 20% vivaient déjà en dessous du seuil de pauvreté, soit avec moins de 987 euros par mois.

«On est vraiment oubliés dans cette crise sanitaire. Cela s’ajoute à tous les problèmes que l’on pouvait déjà rencontrer. Ce n’est plus possible», regrette Anaëlle, étudiante présente à la manifestation.

Le député LFI Adrien Quatennens délivre un verdict sans appel: «La jeunesse de notre pays paie un très lourd tribut dans cette crise sanitaire et ses conséquences.»

​Un état de fait incompréhensible pour lui, sachant que «la richesse s’accroît entre quelques mains et se partage très mal». Il en veut pour preuve l’étude Oxfam, publiée en février dernier, qui dévoilait que, entre mars et décembre 2020, les milliardaires français «ont engrangé 175 milliards de plus», soit la plus-value des actions en leur possession. «Cela représente deux fois le budget annuel de l’hôpital public», rappelle l’élu mélenchoniste.

«En France, la sixième puissance économique mondiale, la jeunesse perd ses emplois et beaucoup font la queue chaque soir devant les banques alimentaires. Donc, il faut organiser les conditions d’un meilleur partage des richesses et éradiquer cette précarité», plaide le parlementaire au micro de Sputnik.

Sur les réseaux sociaux, en effet, les vidéos montrant les longues files d’attente estudiantines se sont multipliées, soulevant une vague d’indignation.

Des mesures envers les jeunes jugées insuffisantes

Distribution alimentaire jeunes Covid Secours populaire - Sputnik France, 1920, 05.03.2021
Sacrifier les jeunes «au nom des vieux», le grand tiraillement de la société?
Critiqué pour sa politique, le gouvernement estime néanmoins avoir entendu le message, en annonçant plusieurs aides. L’exécutif va lancer notamment les «chèques psy», des repas à un euro dans les restaurants universitaires. Par ailleurs, la procédure pour l’obtention de l’aide d’urgence, d’un montant maximal de 500 euros, a été simplifiée. En outre, dans le cadre du plan jeunes du gouvernement, plusieurs aides exceptionnelles seront mises en place pour inciter les entreprises à recruter. Ainsi, celles-ci pourront recevoir jusqu’à 4.000 euros pour l'embauche d'un jeune de moins de 26 ans en CDD de plus de trois mois ou en CDI. 

​Des mécanismes qui ne vont pas assez loin pour les syndicats. Ils réclament notamment un plan d'urgence de 1,5 milliard d'euros, avec une augmentation immédiate des bourses et des APL (aides au logement). Mais également l’extension du RSA aux jeunes de moins de 25 ans.

Fin des cours à distance

Si la précarité financière pèse sur le moral des étudiants, l’isolement aussi.

Dans une interview donnée à Sputnik, Noémie Moret, porte-parole de Solidaires étudiant-e-s (fédération de syndicats étudiants) indiquait que presque la moitié d’entre eux affirme être dans un état d’anxiété accrue. Ils sont entre 30 et 40% à souffrir d’une détresse psychologique exacerbée par la crise sanitaire. Les syndicats souhaitent donc un retour des cours en présentiel.

«Avec les cours en ligne, c’est compliqué d’arriver à suivre, d’arriver à se raccrocher à quelque chose. Ça fait longtemps qu’on ne se voit pas sur les campus, on est face à nous-mêmes dans des années compliquées», déplore Anaëlle.

«Après un an de crise sanitaire, il faut créer les conditions à la fois pour lutter contre l’épidémie et pour permettre que la vie reprenne. Notamment les cours en présentiel avec le protocole sanitaire», plaide Adrien Quatennens.

Emmanuel Macron a beau s’évertuer à conserver un lien avec les jeunes en investissant les réseaux sociaux ou en faisant appel aux youtubeurs McFly & Carlito, la question de leur précarité s’avère donc cruciale.

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала