Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

La France rejoint «le club des 2%» de l'Otan

© Sputnik . Alexeï Vitvitski  / Aller dans la banque de photosEmmanuel Macron lors d'un sommet de l'Otan
Emmanuel Macron lors d'un sommet de l'Otan  - Sputnik France, 1920, 16.03.2021
S'abonner
La France, la Norvège et la Slovaquie ont rejoint en 2020 le club des membres de l'Otan qui consacrent au moins 2% de leur PIB à leurs dépenses de défense, a annoncé mardi l'Alliance.

«Le club des 2%», comme l'a surnommé l'ancien Président américain Donald Trump comptait onze membres en 2020, précise le rapport présenté par le secrétaire général de l'Alliance Jens Stoltenberg.

Certains alliés ont dépassé les 2% en raison de la réduction de leur produit intérieur brut due à la crise provoquée par la pandémie, a-t-il reconnu.

L’Allemagne hors du club

La première économie de l'UE, l'Allemagne, reste hors du club avec seulement 1,56% de son PIB consacré à ses dépenses de défense en 2020.

Tous les alliés se sont engagés à porter leurs dépenses de défense à 2% de leur PIB d'ici à 2024.

Les onze membres du «club des 2%» sont les États-Unis (3,73%), la Grèce (2,68%), l'Estonie (2,33%), le Royaume-Uni (2,32%), la Pologne (2,31%), la Lettonie (2,27%), la Lituanie (2,13%), la Roumanie (2,07%), la France (2,04%), la Norvège et la Slovaquie (2%), précise le rapport.

La Bulgarie, membre en 2019, en est sortie en 2020 avec une chute de ses dépenses de défense de 3,3% à 1,6%.

Au plus bas du classement

La Belgique (1,07%) et le Luxembourg (0,57%) sont en queue du peloton. Les dirigeants de ces deux pays contestent ce calcul. «Voir l'engagement d'un pays uniquement sur sa contribution financière, c'est manquer de vision stratégique. C'est oublier les contributions en hommes et en matériel dans les missions de l'Otan», avait expliqué la cheffe de la diplomatie belge et ancienne Première ministre Sophie Wilmès dans un entretien à l'AFP fin janvier.

Mme Wilmès devrait faire valoir ses arguments auprès du nouveau secrétaire d'État américain Antony Blinken lors de la réunion des ministres des Affaires étrangères de l'Otan organisée en présentiel mercredi et jeudi à Bruxelles.

Le partage du fardeau des dépenses militaires est une polémique récurrente entre les États-Unis et les Européens.

Donald Trump en avait fait un sujet conflictuel durant sa présidence. Il se montrait très dur à l'égard des pays à la peine à qui il reprochait d'être des «partenaires défaillants» et de «mauvais payeurs».

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
EN DIRECT
Заголовок открываемого материала
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала