Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Ce Réunionnais a déménagé dans un petit village de Russie pour aider les handicapés – reportage

© Photo Camille DubourgCamille durant son travail chez Perspektivy
Camille durant son travail chez Perspektivy - Sputnik France, 1920, 18.03.2021
S'abonner
Échanger le temps ensoleillé de La Réunion par le froid d’un village près de Saint-Pétersbourg, tel a été le choix de Camille Dubourg, 27 ans, arrivé en Russie pour aider les personnes handicapées. Il s’est confié au micro de Sputnik.

L'organisation caritative Perspektivy, qui vient en aide aux enfants et aux adultes handicapés dans la ville et la région de Saint-Pétersbourg, a mis en place un projet de «logement accompagné». C’est ainsi que, dans le village de Razdolye, à la campagne, est arrivé en octobre 2019 Camille Dubourg, un Réunionnais de 27 ans.

Le quotidien d’un bénévole

Chaque matin à 10 heures, le Français se rend dans l’établissement où il opère, prêt à aider et s’occuper de huit habitants ayant besoin d’assistance.

«Les adultes handicapés sont plus ou moins autonomes. Mon rôle est de faire des activités avec eux. Un peu moins le ménage, mais je peux aider, bien sûr. Pour la cuisine, c’est possible, s’il y en a besoin», raconte le volontaire.

Bien qu’il y ait des travailleurs sociaux qui veillent 24 heures sur 24 et sont responsables de tout ce qu’il se passe, les adultes handicapés s’occupent aussi de la cuisine et du ménage quand c’est le jour de l’«ouborka» (nettoyage), dit-il, employant ainsi le mot russe correspondant. Certains patients sont céramistes et Camille les accompagne.

© Photo Camille DubourgCamille durant son travail chez Perspektivy
Ce Réunionnais a déménagé dans un petit village de Russie pour aider les handicapés – reportage - Sputnik France, 1920, 18.03.2021
Camille durant son travail chez Perspektivy

Parmi tous les patients, Camille s’est particulièrement attaché à Kolia ou, comme il l’appelle, Nicolas, 24 ans, qui est le moins autonome. «Il a une condition qui fait qu’il se comporte comme un enfant, ou même comme un bébé. Il faut regarder s’il est nourri. Il fait comme un enfant, il aime jouer avec ses jouets. On a créé une connexion, lui et moi. J’ai remarqué qu’il progresse en fait, il fait de plus en plus de choses tout seul. C’est le but de cette maison, de faire en sorte qu’ils progressent pour vivre en autonomie.»

© Photo Camille DubourgCamille durant son travail chez Perspektivy
Ce Réunionnais a déménagé dans un petit village de Russie pour aider les handicapés – reportage - Sputnik France, 1920, 18.03.2021
Camille durant son travail chez Perspektivy

Pourquoi un bénévolat en Russie?

En réalité, son arrivée en Russie n’a été que le fruit du hasard. Après avoir fini son master d’anglais à l’Université de La Réunion, Camille a cherché du boulot en France sans rien trouver. Comme il faisait déjà du volontariat à La Réunion, il a commencé à chercher des programmes internationaux de bénévolat en Europe, au Japon et… en Russie.

«J’aime bien l’idée d’aider les autres, surtout ceux qui en ont besoin. Je me suis dit: "Pourquoi ne pas essayer, comme ça j’aurai une expérience internationale". Comme c’est du volontariat, je n’ai pas grand-chose à payer en fait, je peux voyager et apprendre une nouvelle langue, le russe», a-t-il raconté. «Tu ne regrettes pas d’avoir essayé le volontariat en Russie».
© Photo Camille DuburgCamille durant son travail chez Perspektivy
Ce Réunionnais a déménagé dans un petit village de Russie pour aider les handicapés – reportage - Sputnik France, 1920, 18.03.2021
Camille durant son travail chez Perspektivy

Bien que l’organisation propose de faire du bénévolat à Saint-Pétersbourg, cet amateur de la nature a opté pour la campagne. La grande ville ne lui manque pas trop, déclare-t-il, avouant toutefois que le confinement et la quarantaine lui ont donné envie de s’y rendre pour se distraire.

«Tous les week-ends, j’allais en ville parce que dans mon projet on m’a dit que j’ai deux appartements, dont l’un en ville pour justement me faire des amis et se socialiser. J’ai plus d’amis là-bas, c’est juste pour eux que j’y vais», raconte-il.

Les changements apportés par le Covid

La pandémie a bousculé le quotidien de Razdolye, qui a eu «un changement de protocole». Les personnes handicapées ne pouvaient sortir que pour aller se promener, bien qu’avant elles pouvaient accompagner les volontaires au magasin et recevoir leurs amis dans leur logement.

© Photo Camille DubourgCamille durant son travail chez Perspektivy
Ce Réunionnais a déménagé dans un petit village de Russie pour aider les handicapés – reportage - Sputnik France, 1920, 18.03.2021
Camille durant son travail chez Perspektivy

Les bénévoles ont été également contraints de rester au village et de n’aller en ville qu’en cas d’urgence. Quant à la vaccination, elle n’est pas obligatoire pour les volontaires, mais Camille pense à se faire inoculer le vaccin russe Spoutnik V.

«Ceux qui peuvent visiter les habitants de la maison sont ceux qui se sont fait vacciner. Bientôt, les patients pourront aller en ville, comme avant. Pour voir des concerts, aller aux théâtres… Ils voudraient le faire, comme moi, au lieu de rester tout le temps à la maison», précise-t-il.
Travailler dans un village avec une connaissance minimale du russe

Au micro de Sputnik, Camille utilise aisément des mots russes tout en parlant en français, mais ce n’était pas le cas avant son arrivée en Russie. Ne connaissant pas le russe, il a regardé des tutoriels sur YouTube pour se familiariser avec la langue de Pouchkine et l’alphabet cyrillique. Toutefois, à Razdolye, il ne pouvait dire que «pardon», «merci», «bonjour» et ne parlait avec ses collègues qu'en anglais au tout début. «En venant ici, j’ai pratiqué pratiquement tous les jours depuis le début. Vu qu’il n’y a pas grand monde qui parle anglais, je me suis forcé à apprendre de plus en plus le russe», dit-il.

© Photo Camille Dubourgà Razdolye
à Razdolye - Sputnik France
1/3
à Razdolye
© Photo Camille DubourgAvec un résident de la maison dont il prend soins
Avec un résident de la maison dont il prend soins - Sputnik France
2/3
Avec un résident de la maison dont il prend soins
© Photo Camille DubourgCamille avec Kolia
Camille avec Kolia - Sputnik France
3/3
Camille avec Kolia
1/3
à Razdolye
2/3
Avec un résident de la maison dont il prend soins
3/3
Camille avec Kolia

Avec les personnes dont il prend soin, Camille ne parle actuellement que le russe. Au début, comme il l’avoue, il lui a été difficile de se faire comprendre et de les comprendre. Ses collègues lui venaient en aide pour y parvenir.

Le froid de la Russie après la chaleur tropicale de La Réunion

Face au froid de la Russie, notamment cet hiver rigoureux accompagné de températures atteignant les -30°C, le jeune homme confie qu’il lui a fallu du temps pour s’adapter. «J’ai connu le froid quand j’allais en France, à Paris, pour visiter ma famille, il faisait quand même froid. Mais comparé à la Russie, il fait moins froid. C’est un choc en fait! Pas un choc thermique», plaisante-t-il.

Un exercice pour mieux s’adapter: les douches froides qu’il avait commencé à prendre même avant Razdolye et qu’il continue de prendre «pour la bonne santé».

Le bain glacé de l’Épiphanie orthodoxe est d’ailleurs la tradition qui l’attire le plus en Russie. Tous les ans, plusieurs centaines de milliers de personnes s’immergent dans l’eau glacée des rivières ou des lacs gelés malgré des températures glaciales: «Je l’ai essayé une fois et ça m’a étonné.» «Aussi, le bania, c’est super», sourit-il, en évoquant le bain de vapeur russe.

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
EN DIRECT
Заголовок открываемого материала
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала