Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Paris-Varsovie: cachez ce nucléaire que je ne saurais voir!

© AFP 2021 JEFF PACHOUDCentrale nucléaire de Cruas-Meysse
Centrale nucléaire de Cruas-Meysse  - Sputnik France, 1920, 19.03.2021
S'abonner
Peu de choses ont fuité de la rencontre de Macron avec le chef du gouvernement polonais, Mateusz Morawiecki. Seule leur position commune sur la politique vaccinale de l’UE a été évoquée. Parmi les sujets qui devaient être abordés: l’atome civil, EDF lorgnant sur la construction du parc nucléaire polonais. Un tabou en France?

Mateusz Morawiecki, Premier ministre polonais, s’est rendu le 17 mars à Paris pour s’entretenir avec Emmanuel Macron. Une visite qui n’a guère retenu l’attention de la presse française.

General view of the construction site of the third-generation European Pressurised Water nuclear reactor (EPR) in Flamanville, France. (File) - Sputnik France, 1920, 09.03.2021
Nucléaire en Pologne: un bras de fer franco-américain perdu d’avance pour EDF?
Celle-ci s’est bornée à souligner qu’il s’agissait d’une réunion préparatoire au sommet européen des 25 et 26 mars prochain. Seule la position commune des deux hommes à l’égard de la politique vaccinale et de la «solidarité européenne» en la matière a retenu l’attention de nos confrères. L’Élysée s’est également contenté du service minimum, évoquant sans plus de précision des sujets «d’actualité européenne en matière de relance économique, de numérique, de climat et d’énergie» abordés durant ce déjeuner de travail, précise une unique dépêche de l’AFP. Cette sobriété pourrait-elle s’expliquer par des «relations compliquées» qu’entretiennent les deux exécutifs, aux politiques diamétralement opposées?

De son côté, la presse polonaise s’est montrée bien plus prolixe sur cette rencontre au sommet. Elle a souligné que Mateusz Morawiecki et Emmanuel Macron devaient avant tout discuter du développement de la relation économique bilatérale et bien sûr d’énergie. La France, dont l’énergéticien EDF est le leader mondial de la production d’électricité nucléaire, est en effet en lice pour remporter le contrat de la construction du parc polonais de centrales atomiques.

EDF lorgne sur le marché nucléaire polonais

Sur ce dossier, Paris a engagé un bras de fer avec Washington. Les Américains ont en effet signé un accord de coopération énergétique inédit avec Varsovie afin de remporter un contrat estimé à pas moins de 34 milliards d’euros pour faire sortir de terre six réacteurs d’ici 2043. Voilà qui pourrait aussi justifier la discrétion de l’Élysée sur cette rencontre: le nucléaire n’a politiquement pas le vent en poupe en France. Étaler publiquement le soutien de l’Élysée à EDF dans sa conquête du marché du nucléaire civil polonais, alors que l’exécutif français soigner son image écolo depuis les Municipales, ferait désordre. Sur fond d’engagement de réduire la part du nucléaire à 50% à l’horizon 2025, près du tiers des 100 milliards d’euros alloués à la relance économique du pays sont d’ailleurs destinés à la seule «transition écologique».

«Malheureusement, la politique énergétique de la France, qui devrait être une question de souveraineté, d’unanimité nationale, fait l’objet de tractations politiques qui sont extrêmement nuisibles à notre pays», regrettait auprès de Sputnik le lanceur d’alerte écologiste Fabien Bouglé, dénonçant un «pur opportunisme» électoraliste.

L’atome, cette énergie décarbonée, est pourtant de plus en plus sollicité à travers le monde, où 50 réacteurs sont en construction. Souvent salués comme des précurseurs de la dénucléarisation, l’Allemagne, la Belgique et la Suisse font pour l’heure plutôt figure d’exceptions, évoluant à contre-courant.

Énergie nucléaire, variable d’ajustement électoraliste

Le cas allemand est éloquent et révélateur. Dans la foulée de l’accident de Fukushima, Berlin précipita la fermeture de ses centrales pour des considérations essentiellement électoralistes. Plus précisément, il s’agissait d’une concession d’Angela Merkel aux écologistes afin de préserver la coalition qui la maintient au pouvoir depuis 15 ans. Ces mêmes écologistes qui aujourd’hui s’émeuvent à l’idée que des centrales puissent voir le jour à quelques «centaines de kilomètres» des frontières allemandes.

 Le géant énergétique français EDF - Sputnik France, 1920, 17.02.2021
Projet Hercule : quand Bruxelles et les industriels de l’éolien marchent main dans la main
Cet aléa électoraliste semble de plus en plus peser sur la politique énergétique française à mesure que se rapprochent les échéances électorales. Au-delà des pressions de Berlin, la centrale de Fessenheim fut fermée en respect de l’accord PS/EELV passé en 2012 par François Hollande. Douze autres réacteurs nucléaires français de 900 MWh doivent fermer selon la Programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE) adoptée en avril dernier. Un parc vieillissant qui doit être en partie remplacé par des EPR (réacteur pressurisé européen).

Jean-Bernard Lévy, patron d’EDF, avait invité le gouvernement français à statuer rapidement sur le lancement des chantiers de six réacteurs EPR français. Barbara Pompili, ministre de la Transition écologique elle-même issu des rangs des écologistes et qui doit son élection aux accords de 2012, a semblé repousser cette échéance aux calendes grecques. «Il est clair que ces décisions auront un impact absolument considérable sur la commande par la Pologne de six réacteurs dans les deux, trois ans qui viennent», soulignait par ailleurs Jean-Bernard Lévy.

En effet, comment la France peut-elle justifier vouloir vendre à Varsovie des centrales nucléaires EPR qu’elle n’est même pas capable de construire chez elle?

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
EN DIRECT
Заголовок открываемого материала
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала