Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

«Les caravanes continuent de se former»: Joe Biden accusé d’empirer la crise migratoire

© AP Photo / Gregory BullUn garçon géant est apparu sur le mur entre les États-Unis et le Mexique
Un garçon géant est apparu sur le mur entre les États-Unis et le Mexique - Sputnik France, 1920, 22.03.2021
S'abonner
Il clamait avoir rompu avec l’ère Trump, mais Joe Biden est accusé d’avoir créé une crise migratoire! De plus en plus de migrants se ruent vers les États-Unis, des milliers sont détenus à la frontière, dont 14.000 enfants. Un défi de taille pour le nouveau Président, dont l’image d’ouverture s’en trouve écorchée.

Tout un symbole: le premier jour de son mandat, Joe Biden s’est empressé de signer un décret ordonnant la suspension du mur frontalier avec le Mexique. Par la même occasion, le Président démocrate a divulgué son plan de réforme migratoire. L’objectif: régulariser la situation des «dreamers», ces 700.000 personnes arrivées clandestinement aux États-Unis alors qu’elles étaient mineures.

Détention d’enfants à la frontière: au tour des Démocrates 

Le 18 mars dernier, la Chambre des représentants a voté en faveur de la régularisation de ces «dreamers», mais la mesure a peu de chances d’être approuvée au Sénat. Face au déferlement migratoire, les élus républicains campent sur leurs positions alors qu’il manque dix voix aux Démocrates pour valider le texte. Le long du tracé avec le Mexique, 14.000 enfants migrants sont actuellement sous la responsabilité de l’État fédéral, selon CNN.

Accusé d’avoir provoqué cette situation, le Président démocrate essuie de nombreuses critiques. Rappelons que, durant le mandat de Donald Trump, la détention d’enfants séparés de leurs parents avait soulevé un vent de controverse un peu partout dans le monde.

Un garçon géant est apparu sur le mur entre les États-Unis et le Mexique - Sputnik France, 1920, 29.01.2021
Biden suspend la construction du mur avec le Mexique: le début d’une nouvelle ère, vraiment?
Les chiffres dévoilés dans la presse pointent tous dans la même direction. En date du 14 mars dernier, le Bureau américain des douanes et de la protection des frontières recensait 4.200 mineurs dans les centres de détention à la frontière. La semaine précédente, 3.200 mineurs avaient été enregistrés dans ces camps. Depuis 2003, plus de 400.000 enfants se seraient infiltrés sur le territoire américain sans leurs parents.

Sous la pression, le secrétaire américain à la Sécurité intérieure, Alejandro Mayorkas, a répété que les autorités procédaient à des expulsions:

«Notre message est clair: la frontière est fermée», a martelé Mayorkas. «Nous expulsons des familles, nous expulsons les adultes qui arrivent seuls et nous avons pris la décision de ne pas expulser les jeunes enfants vulnérables. […] Nous travaillons nuit et jour pour déplacer ces enfants des centres à la frontière vers des refuges gérés par le ministère de la Santé. Ces camps de détention ne sont pas des endroits pour les enfants», a-t-il poursuivi.

Experte du phénomène migratoire au Mexique et aux États-Unis, Cecilia Imaz estime que les Démocrates ne devaient pas «gaspiller le capital social» qu’ils avaient réussi à gagner en faveur des sans-papiers. Elle salue donc le vote en faveur de la régularisation des «dreamers» à la Chambre des représentants.

De faux espoirs pour les migrants?

Toutefois, l’Administration Biden aurait dû être mieux préparée aux «effets immédiats» de ses gestes, estime la professeure retraitée de l’Université nationale autonome du Mexique:

«C'était prévisible, compte tenu des coups bas que Trump a assenés aux migrants. Maintenant, la grande majorité des demandeurs d’asile qui avaient été bloqués au Mexique auront une autorisation d’entrée pour déposer un dossier ou attendre le résultat de leur démarche», explique-t-elle en entrevue avec Sputnik.

Barack Obama - Sputnik France, 1920, 29.05.2018
Révélation:enfants migrants mis «en cage» aux USA aujourd’hui! Sauf que c’était sous Obama
Ces trois dernières années, plusieurs caravanes de migrants en provenance d’Amérique centrale ont traversé le Mexique pour être stoppées avant d’entrer aux États-Unis. Les observateurs avaient évoqué une crise migratoire sans précédent. En octobre 2018, le Pentagone a déployé 5.600 soldats à la frontière américano-mexicaine, répartis le long du Texas, de l’Arizona et de la Californie.

Selon Cecilia Imaz, les autorités «se servent maintenant du prétexte du Covid-19 pour détenir les migrants» à la frontière, enfants comme adultes.

«L'installation d'un gouvernement démocrate a créé des espoirs immédiats. Plusieurs migrants pensent qu’ils ont une chance d'être acceptés aux États-Unis. Ils prennent des décisions précipitées, alors que les processus du Congrès restent très lents», déplore-t-elle.

Dans la tourmente, Joe Biden a encouragé les migrants à ne pas tenter de se rendre aux États-Unis et envisagé publiquement de se rendre sur le terrain.

«Nous allons nous assurer de rétablir ce qui existait auparavant, à savoir qu'ils [les migrants, ndlr] peuvent rester chez eux et faire leur demande depuis leur pays d'origine», a insisté le Président démocrate le 21 mars.

Malgré une situation qui se détériore de jour en jour, l’Administration Biden refuse toujours de parler d’une «crise» migratoire. «C’est davantage une continuation de la crise migratoire déjà en cours qu’une nouvelle crise en tant que telle», tranche quant à elle notre interlocutrice.

«Une grande majorité des migrants sont toujours des Centraméricains et les caravanes continuent de se former. Toutefois, beaucoup seront stoppés et détenus dans des pays d’Amérique centrale avant d’atteindre la frontière nord. D’autres seront interceptés au Mexique», précise l’ancienne universitaire.

De son côté, l’ex-Président Donald Trump a déploré de voir son successeur adopter selon lui une approche beaucoup plus souple envers les migrants. «Notre pays est en train d'être détruit à la frontière sud», a-t-il averti.

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
EN DIRECT
Заголовок открываемого материала
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала