Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Ankara répond à Macron qui a évoqué les «tentatives d'ingérence» turques dans l’élection 2022

© Sputnik . Anton Denissov / Aller dans la banque de photosAnkara
Ankara - Sputnik France, 1920, 24.03.2021
S'abonner
Si Emmanuel Macron a exprimé sa conviction qu’«il y aura des tentatives d'ingérence pour la prochaine élection» de la part de la Turquie, la diplomatie turque a réfuté ces accusations.

Le ministère turc des Affaires étrangères a dénoncé mercredi 24 mars les déclarations du chef d’État français, qui s’était dit précédemment persuadé d’une éventuelle ingérence du pays anatolien dans la présidentielle de 2022.

«La chaîne d’État France 5 a diffusé la veille une émission où l’on trouvait des accusations injustes et incohérentes à l’encontre de notre Président et de notre pays», annonce le porte-parole de la diplomatie Hami Aksoy dans un communiqué.

«Les propos du Président Macron sont inacceptables et vont à contre-courant des relations d’amitié entre nos pays-alliés», a-t-il souligné.

Menaces non «voilées»

«C'est écrit, et les menaces ne sont pas voilées», a estimé le Président français sur France 5 au sujet d’une possible «tentative d’ingérence» turque dans la présidentielle à venir.

Ankara a déjà été accusé d'ingérence électorale par Berlin. Les faits remontent à 2017 quand Recep Tayyip Erdogan avait demandé aux électeurs germano-turcs de voter contre le parti d'Angela Merkel.

Rapports tendus

M.Macron a d’ailleurs tenu à pointer «une politique de mensonges d'État relayés par les organes de presse contrôlés par l'État turc» dans le contexte de la controverse précédée par son discours sur le séparatisme islamiste. Tout en reconnaissant par ailleurs la nécessité d’«un dialogue» avec le pays.

La question religieuse s’ajoute ainsi à la liste des différends entre Paris et Ankara, tels que les dossiers syrien et libyen, ainsi que la Méditerranée orientale. Les choses se sont envenimées surtout à l’automne dernier où le Président turc a mis en cause la santé mentale de son homologue français qui défendait le droit de caricaturer Mahomet en France.

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала