Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Sous l’effet du Covid-19, les Européens gardent plus d'argent liquide sous leurs matelas

Des euros - Sputnik France, 1920, 28.03.2021
S'abonner
Si l’irruption du Covid a encouragé les paiements par carte, la BCE a enregistré une forte hausse du nombre de billets en circulation. Dans une récente note, l’institution explique ce «paradoxe», indiquant où tout ce cash termine.

Alors que la crise de Covid-19 fait exploser les paiements «sans contact», la demande d'argent liquide est en hausse, un «paradoxe» décrit par la Banque centrale européenne (BCE) dans son bulletin mensuel publié jeudi 25 mars.

Entre 2019 et 2020, la masse monétaire en espèces en circulation est passée de 1.293 à 1.435 milliards d’euros, soit une hausse de 11% sur un an, indique la BCE. Une tendance d’autant plus surprenante avec la digitalisation des paiements.

«La digitalisation des paiements dans les commerces aurait dû entraîner une diminution de la demande d’espèces. Or, c’est le contraire qui s’est produit», expose l’institution.

L’effet de la crise

Il y a plusieurs explications à ce phénomène, selon la BCE. D’abord, en temps de crise, les personnes ont tendance à conserver l'argent chez eux «en raison d'une incertitude accrue et d'une mobilité réduite», explique Alejandro Zamora-Pérez, l’auteur de la note.

Selon les chiffres évoqués, entre 27,5% et 50% de la valeur totale des billets sont conservés sous les matelas des Européens, chez les commerçants et dans les entreprises, soit en moyenne entre 1.270 et 2.310 euros par adulte.

Entre 30% et 50% d’euros à l’étranger

Autre explication: le taux élevé (entre 30% et 50%) d’euros gardés à l’étranger, hors de l’Union européenne, dans des pays en développement où l’euro est perçu comme une monnaie sûre.

Seuls 20% du montant des coupures en circulation sont utilisés pour les transactions dans les points de vente, précise la BCE.

Hausse de billets dans les coffres-forts

Enfin, la Banque centrale européenne attribue le paradoxe au taux d’intérêt négatif sur les dépôts bancaires: il devient moins cher dans l’absolu de détenir des réserves sous forme d’espèce que de les déposer à la banque.

Entre 2014 et 2019, les dépôts de cash dans les coffres-forts ont augmenté de 30 milliards d’euros, soit un bond de 60%.

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала