Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

«Sarkoza», «Fillaun»: une épreuve de la BAC revisitant des noms de politiciens hérisse la hiérarchie

© AFP 2021 THOMAS COEXUn policier de la BAC, image d'illustration
Un policier de la BAC, image d'illustration  - Sputnik France, 1920, 30.03.2021
S'abonner
Un nouveau scandale au sein de la police, cette fois-ci engendré par un humour qui n’a pas été au goût de la place Beauvau. Comme le rapporte RMC, c’est un exercice écrit proposé lors de l’épreuve de recrutement de la BAC de Toulon et utilisant les noms de personnalités politiques bien réelles qui est en cause.

Le brigadier-chef Dupond-Moretti et les policiers Darmanin et Castex sont témoins d’un vol avec violence, dont les auteurs sont Nicoli Sarkoza et Fillaun. Une nouvelle anecdote renvoyant aux affaires ayant visé les deux hommes politiques dont les noms sont facilement reconnaissables? Non, une épreuve de recrutement de la brigade anti-criminalité de Toulon, selon RMC. Dans l’en-tête du document présenté par la radio figure le nom du Centre de formation de la police du Var.

Et si l’auteur de l’épreuve s’est certainement bien amusé en la rédigeant, sa hiérarchie a semble-t-il moins apprécié cet humour: une enquête disciplinaire et administrative a suivi.

L’entourage de l’auteur du document assure, précise RMC, qu’il n’a pas voulu nuire et qu’il s’agit d’une espièglerie.

Humour pour le moins maladroit

Ce n’est pas la première fois que la police se retrouve au centre d’un scandale en raison d’un humour jugé pour le moins déplacé. Ainsi, Gérald Darmanin a suspendu en janvier un commissaire de police de Plaisir, dans les Yvelines, après l'envoi d'une carte de vœux qui a fait polémique, car jugée «raciste».

​Cette polémique a d’ailleurs éclaté peu après que la police a été accusée de racisme, notamment suite à la divulgation de captures d’écran provenant d’un groupe WhatsApp dans lequel des membres des forces de l’ordre échangeaient des messages haineux et racistes et à l’interpellation violente du producteur Michel Zecler. Suite au tollé engendré par cette dernière, le chef de l’État a réclamé «une police exemplaire avec les Français, des Français exemplaires avec les forces de l’ordre comme avec tous les représentants de l’autorité publique».

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала