Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Filmé alors qu’il frappait son chien, ce policier démissionne – vidéo

© Photo Pixabay / blackandwhiterainbowUn chien (image d'illustration)
Un chien (image d'illustration) - Sputnik France, 1920, 02.04.2021
S'abonner
En Caroline du Nord, un policier vient de démissionner suite au mauvais traitement qu’il a infligé à son chien. La scène a été filmée et diffusée sur les réseaux sociaux, faisant réagir de nombreux défenseurs des animaux.

Filmé alors qu’il était en train de maltraiter son chien policier, un membre de forces de l’ordre de Caroline du Nord a quitté son poste, rapporte le Salisbury Police Department dans un communiqué publié le 31 mars.

Dans une vidéo obtenue par une antenne locale de la chaîne Fox début mars, l’officier James Hampton hisse son chien policier Zuul sur son épaule en le tenant par sa laisse, puis le pousse contre sa voiture de police et semble le frapper une fois l'avoir mis à l'intérieur.

À la suite d’une enquête interne, Hampton a dû démissionner avant toute action disciplinaire formelle, précise le communiqué, évoquant sa manière «de pratiquer une discipline inappropriée» à l’égard du chien.

Réaction des défenseurs des animaux

La vidéo a suscité de vives réactions dans les réseaux sociaux, ainsi qu’auprès d’associations de protection animale. Des voix s’élevaient pour demander que l’officier soit viré avant sa démission.

«Les chiens font de leur mieux pour plaire et pour comprendre ce qu'on attend d'eux, et ils sont extrêmement loyaux», a réagi PETA sur son site officiel. «La cruauté infligée au chien dans la vidéo est une violation de cette confiance et, selon PETA, de la loi de Caroline du Nord».

Cruauté envers les animaux en hausse

La violence envers les animaux est en hausse, avec plus de 10 millions d'animaux décédant suite à des mauvais traitements chaque année aux États-Unis, indique Petpedia.

En France, au moins 9.504 infractions liées à des actes de cruauté et des mauvais traitements envers les animaux ont été enregistrées par la gendarmerie nationale en 2018, révèle Le Parisien. La maltraitance animale représente ainsi près d'un tiers des infractions liées à l'environnement.

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала