Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

#BalanceTonPorc: son instigatrice Sandra Muller gagne en appel, une victoire du tribunal médiatique?

© AFP 2021 BERTRAND GUAYSandra Muller, à l'origine du mouvement Balance Ton Porc
Sandra Muller, à l'origine du mouvement Balance Ton Porc - Sputnik France, 1920, 03.04.2021
S'abonner
Une affaire à l’origine d’un retentissant hashtag. Dans un duel qui a opposé Éric Brion à Sandra Muller pour diffamation, la Cour d’appel a jugé que le tweet accusateur de la journaliste était justifié. Si le jugement rendu en première instance appliquait le droit, la justice s’est cette fois, selon Me René Boustany, soumise à la pression sociale.

«C’est un jugement historique», a déclaré Sandra Muller sur BFM TV. Ce 31 mars, la Cour d’appel de Paris a donné raison à la journaliste, dans le procès pour diffamation intenté à son encontre par Éric Brion, le premier homme visé par le mouvement #BalanceTonPorc.

Dans son arrêt, la Cour d’appel a considéré que les propos de Sandra Muller étaient bel et bien une diffamation, mais que celle-ci était justifiée car elle s’inscrit dans un «débat d’intérêt général sur la libération de la parole des femmes». Ainsi les juges ont-ils reconnu le bénéfice de la bonne foi à Sandra Muller.

Un arrêt dangereux ouvrant potentiellement la porte à de futures dérives, selon l’avocat René Boustany, vice-président du Cercle droit et liberté:

«En appliquant cette condition de bonne foi au tweet de Sandra Muller, il ouvre la porte au tribunal médiatique et des réseaux sociaux. À partir du moment où on aura une volonté morale, acceptable et de bonne foi, on pourra se permettre de tout dire sans risquer la condamnation.»

Téléphone - Sputnik France, 1920, 25.03.2021
Lutte contre le revenge porn: «Ça commence par la prévention et l’éducation des garçons»
Le principe de bonne foi en diffamation relève de la loi sur la liberté de la presse de 1881 et nécessite la réunion de quatre critères: l’absence d’animosité personnelle, la poursuite d’un but légitime, la prudence et la mesure dans l’expression et la vérification des sources.

Pour résumé, ce principe est expressément destiné aux journalistes, qui dans le cadre de leur travail d’enquête n’ont certes pas toutes les preuves ou les faits, mais dont le travail permet d’établir une certaine «bonne foi».

«Or, dans ce cas présent, la Cour d’appel a détourné cette notion de bonne foi au service des journalistes pour, d’une certaine manière, conforter le combat idéologique du #BalanceTonPorc», souligne René Boustany.

Entre dénonciation et délation

Petit rappel des faits. En 2017, Sandra Muller lance le premier #BalanceTonPorc, incitant les femmes à témoigner du harcèlement sexuel vécu «au boulot», et partage les propos qu’Éric Brion a prononcés à son encontre.

Des propos inappropriés, déplacés, mais qui ne s’apparenteraient pas à du harcèlement sexuel au travail, au sens strict de la loi. En 2019, la justice donnait raison à l’ancien patron d’Equidia et condamnait Sandra Muller pour diffamation à 15.000 euros d’amende. Décision contre laquelle elle fit appel.

Justice - Sputnik France, 1920, 17.02.2021
Délinquance sexuelle: l’inégal combat entre la Justice et le tribunal du Net
Pourtant, les mouvements féministes se sont réjouis que, par ce tweet et #BalanceTonPorc, la journaliste ait permis la libération de la parole de milliers de femmes. En définitive, deux revendications légitimes s’opposent. Celle de la fin de l’omerta autour des violences sexistes et sexuelles, mais également celle d’un homme jeté en pâture à la vindicte populaire sur les réseaux. Non pas pour des actes avérés de viols et d’agressions physiques, mais pour une phrase lancée lors d’une soirée cannoise en 2012, certes dépourvue d’élégance, mais n’ayant rien à voir avec le cas de Harvey Weinstein. L’intéressé aura depuis vécu une descente aux enfers, qu’il relate dans son livre Balance ton père: lettre à mes filles.

«On ne peut pas justifier les propos tenus comme cela sur les réseaux sociaux. Si elle avait été considérée comme agressée, harcelée à l’époque, elle aurait dû porter plainte et la justice aurait décidé. Mais balancer ça comme ça, sorti du contexte, en 140 signes, ce n’est pas comme cela qu’on peut vivre dans une société apaisée et de confiance», regrette Me René Boustany.

Dans un communiqué publié sur Facebook, Éric Brion a indiqué ne pas vouloir abandonner: «je me réserve le droit de faire un pourvoi devant la Cour de cassation. Mais je suis fier aussi de tout le chemin parcouru depuis trois ans et demi.»

«Ce sera une décision d’opportunité de la Cour de cassation, qui va dire si on fait une application stricte de la loi, de sa jurisprudence intérieure ou si justement elle va vouloir légitimer ce mouvement, comme l’a fait la Cour d’appel», ajoute l’avocat.
Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
EN DIRECT
Заголовок открываемого материала
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала