Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

«On pousse les murs»: des soignants du CHRU de Nancy prennent le Président au mot – photos

A l'hôpital - Sputnik France, 1920, 03.04.2021
S'abonner
Des photos de soignants du CHRU de Nancy en train d'appliquer littéralement la demande d’efforts supplémentaires du Président sont devenues virales sur Twitter. L’un d’entre eux est venu exprimer sa colère sur France Bleu.

Mercredi 1er avril, plusieurs membres du personnel du centre hospitalier régional universitaire de Nancy (Meurthe-et-Moselle) ont réagi à leur façon à l’allocution d’Emmanuel Macron qui avait demandé «un effort des soignants d’abord». La publication, qui les montre en train de faire des pompes et de pousser des murs, a été appréciée par près de 100.000 internautes sur Twitter.

Le chef de l’État avait appelé à cet effort supplémentaire afin de créer des lits en réanimation, qu’il a promis d’élever à 10.000, et ainsi faire face à la résurgence de l’épidémie. La phrase est mal passée dans le monde médical, en première ligne depuis plus d’un an.

«Autosuffisance insupportable»

Présent sur le cliché, Bruno Lévy, chef du service de médecine intensive et réanimation médicale dans cet hôpital, a critiqué au micro de France Bleu la demande du Président. «Pousser les murs et faire des efforts n'est plus tolérable […] on a déjà beaucoup déprogrammé», s’est-il indigné.

Il a également dénoncé «l’autosuffisance insupportable» du chef de l’État, lequel avait assuré une semaine plutôt n’avoir «aucun mea culpa à faire, aucun remords» sur ses choix. À l’instar de nombre de ses pairs, il estime que le confinement aurait dû être annoncé plus tôt. Attendre le dernier moment n’est «du point de vue de la santé pas acceptable», a-t-il ajouté.

Mardi 30 mars, le chef de service se plaignait déjà sur France Bleu de la saturation de son établissement. «C'est simple, nous avons 102 lits ouverts sur 67 normalement. Les 102 lits sont pleins ce matin. Nous n'avons plus la possibilité d'accueillir le moindre malade», avait-il alerté, dénonçant «une politique qui ne nous écoute pas». Il a également affirmé que des personnes cardiaques étaient décédées à cause des opérations déprogrammées à Nancy.

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
EN DIRECT
Заголовок открываемого материала
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала