Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Une fête clandestine réunissant presque 150 participants stoppée près d'Aix-en-Provence

© Photo Pixabay / CouleurDes bouteilles de champagne
Des bouteilles de champagne - Sputnik France, 1920, 05.04.2021
S'abonner
Une fête clandestine, organisée dans une propriété privée près d'Aix-en-Provence, a réuni presque 150 participants. Et ce, alors même que de nouvelles restrictions viennent d’entrer en vigueur en France où la situation sanitaire reste tendue un peu partout.

Alors que la France vient d’adopter des mesures de freinage renforcées pour endiguer la pandémie, une nouvelle violation est intervenue dans un hangar désaffecté de Fuveau (Bouches-du-Rhône), près d'Aix-en-Provence, où une fête clandestine a été organisée, annonce ce 4 avril la gendarmerie.

​Dans la soirée du 3 avril, les riverains ont commencé à signaler à la gendarmerie une circulation anormale de véhicules vers un établissement désaffecté, précise l’AFP en se référant à la gendarmerie. À leur arrivée, les gendarmes y ont trouvé à peu près 150 personnes réunies pour une fête sauvage.

65 verbalisations en une journée

Pour empêcher de nouvelles arrivées, des patrouilles ont bouclé la zone. Une quinzaine de personnes ont été verbalisées pour non-respect du couvre-feu, selon l’AFP.

Plus tard, les gendarmes ont coupé l'électricité du site, assurée par des branchements illégaux, annonce la source. Les patrouilles y sont restées jusqu’à ce dimanche matin.

La préfète de police des Bouches-du-Rhône a par ailleurs fait savoir sur son compte Twitter que Fuveau n'était pas le seul endroit où les forces de l’ordre avaient dû intervenir pour des contrôles du couvre-feu. Au total, 65 verbalisations ont eu lieu samedi 3 avril.

​Plus facile à dire qu’à faire

L’application de couvre-feu s’avère plus facile à dire qu’à faire avec des rassemblements clandestins de plus en plus fréquents. Les exemples ne manquent pas.

Un reportage de M6 sur des soirées clandestines dans des restaurants parisiens a débouché ce dimanche sur une enquête pénale dont l’objectif est d’identifier organisateurs et participants.

La situation est similaire en dehors de la capitale. Environ 300 personnes se sont rassemblées le 30 mars pour une fête sauvage sur les quais de Saône à Lyon.

Une soirée clandestine organisée dans la nuit du 27 au 28 mars à Marseille s’est terminée par des violences commises contre les forces de l’ordre.

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала