Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

La Tunisie entre l’encre de la pieuvre et l’encre du scribe

© AP Photo / Mosa'ab ElshamyKaïs Saïed, Président tunisien
Kaïs Saïed, Président tunisien - Sputnik France, 1920, 09.04.2021
S'abonner
La solitude du Président tunisien s'approfondit, alors que la rupture est consommée avec le chef du gouvernement et la majorité parlementaire. Face au blocage institutionnel, Kaïs Saïed semble se complaire dans une stratégie dont lui seul semble détenir le secret et maîtriser le décodage. Décryptage pour Sputnik du philosophe Youssef Seddik.

La Mafia: jusque-là, en Tunisie, évoquer un tel mot relève plutôt de «la façon de parler», du lexique lointain d’un propos de bistrot, d’une métaphore pour appuyer son récit sur l’état de la corruption des fonctionnaires et des gens fortunés. Dans la conversation ordinaire, le Tunisien va même jusqu’à traiter son interlocuteur de «mafia», histoire de le congratuler, de le complimenter en soulignant sa fine intelligence et sa capacité de parer les ruses méchantes dont le menacerait son entourage.

Des Tunisiens brandissent des drapeaux du pays lors d'une manifestation à Tunis (archives) - Sputnik France, 1920, 25.03.2021
En Tunisie, l'éclipse de la fête nationale
Qualifier de «mafieux» un comportement ou une activité ne dépasse guère la rhétorique ou l’effet de style et le Tunisien ou la Tunisienne qui lâche le terrible mot de Mafia pour fustiger quelque groupe de malfaiteurs ou un secteur de «profiteurs» ne pensait pas du tout à l’organisation italo-américaine, la Cosa nostra ou la Camorra, quand bien même on connaît par cœur le parcours sinueux et meurtrier du Parrain et de ses héritiers… Sur ce point, l’Italie de ces hautes figures du crime, à un jet de pierre de ses rivages, demeurait malgré tout un pays éloigné.

Pour que la moindre comparaison soit possible entre la Tunisie et cette Italie-là, il fallait au Tunisien moyen qui constitue l’opinion publique un élément décisif: la complicité clairement établie, du moins juridiquement évoquée, entre le personnage mafieux et l’homme d’État en exercice. Pour cet élément, une nouvelle étape vient d’être franchie ces derniers mois. L’arrivée, via Naples, sur les quais du port de Sousse, ville-fleuron du tourisme balnéaire, de centaines de containers de déchets nocifs, cargaison d’abord fortement suspectée par les associations de défense de l’environnement, puis rapidement dénoncée comme frauduleuse par le gouvernement et les instances de la justice. Celles-ci, en un temps record, a diligenté enquête et instruction et ordonné l’arrestation de plusieurs hauts fonctionnaires dont le ministre de l’Environnement en exercice dans l’actuel gouvernement de Hichem Mechichi!

Bateau dans la tempête - Sputnik France, 1920, 25.02.2021
Tunisie, le bateau ivre
Et à l’opinion publique, aux médias et réseaux sociaux de revisiter les énigmatiques déclarations du chef de l’État, Kaïs Saïed, sur «les cabinets obscurs», «les corrompus et corrupteurs», le «lobby de voleurs» qui se sont emparés des «richesses inépuisables» dont jouit réellement le pays…

La cassure est ainsi consommée entre la présidence de la République, d’une part, un gouvernement et la majorité parlementaire qui assure à celui-ci existence et continuité, d’autre part. La fracture ne cesse et ne cessera de s’élargir et de creuser son hiatus jusqu’à un point de non-retour, peut-être déjà atteint.

Mais quel avenir pour ce sursaut d’espoir qui vient de redonner vigueur à l’initiative de l’Union générale tunisienne du travail (UGTT), la seule qui paraît pouvoir bousculer un paysage politique désespérément immobile? Annoncée dès le mois de novembre 2020, elle a été admise à demi-mot par le sphinx du palais de Carthage censé la bénir de son «haut patronage». La classe politique et bien sûr l'UGTT, ainsi que le simple observateur parmi les citoyens, tous les acteurs et spectateurs plus ou moins passifs d’une scène désespérément bloquée s’agrippent à ce projet d’initiative, à cette bouée de sauvetage encore indistincte, lointaine dont seul un Président muet à ce propos pourrait en préciser les modalités, en décider les échéances et l’ordre du jour.

Sauf que l'une des toutes dernières sorties, à la mi-février dernier, de ce maître d’oracles confortablement installé par les urnes à Carthage ne permet de présager que davantage de confusion et de brumes. En se saisissant de sa plume d’oie, trempée dans l’encrier des temps jadis, Kaïs Saïed vient de rendre sa copie au parlement au sujet d’une loi votée par celui-ci simplifiant les règles de la mise en place de la Cour constitutionnelle. L’adresse manuscrite et soigneusement calligraphiée soulève certes de sérieuses objections quant à la conformité de cette loi au droit, mais les points strictement techniques évoqués par l’envoyeur sont noyés dans une logorrhée de sarcasmes, de références littéraires et coraniques.

Au-delà de ces fioritures de style désormais admises comme la marque de fabrique du Président, la nouvelle crise autour de la Cour constitutionnelle révèle la stratégie à long terme, jusqu’à la fin de son mandat en 2024 du moins, pour rester maître d’un jeu politique dont il n’a ni conçu la trame ni déterminé les règles et les rôles.

Drapeau de la Tunisie - Sputnik France, 1920, 19.03.2021
Le Président tunisien et les Belles-lettres
Ce genre de tropismes caractéristiques de certains insectes et animaux marins ou terriens qui leur assure brouillage et invulnérabilité devant un prédateur semble tenir lieu de politique pour un Kaïs Saïed. La seule politique lorsqu’il a coupé les ponts avec ses deux partenaires dans la gestion des affaires de l’État, à savoir le parlement géré par le chef du parti Ennahdha et le gouvernement dirigé par un homme que le Président a promu lui-même et qui l’a «trahi», estime-t-il, en rejoignant l’adversaire.

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала