Tensions à la frontière russo-ukrainienne: «L’Otan n’intègre pas les pays divisés»

L’Otan chercherait-elle à intégrer l’Ukraine sous le prétexte d’une montée de tensions à la frontière russo-ukrainienne? Claude Blanchemaison, ancien ambassadeur de France en Russie et auteur du livre «Vivre avec Poutine», explique au micro de Rachel Marsden pour quelles raisons cela est peu probable.

Le redémarrage du conflit sur la frontière russo-ukrainienne représenterait un test pour Joe Biden, c’est l’analyse que fait l’ancien ambassadeur de France en Russie Claude Blanchemaison pour Le désordre mondial.

Le chef de l’État ukrainien chercherait à mettre à l’épreuve la nouvelle administration américaine dans son soutien, avance-t-il.

«Mais on sait que l’Otan ne peut pas intégrer l’Ukraine comme ça, par surprise. D’abord parce que des États membres comme la France et l’Allemagne ont par le passé exprimé leur réserve et ensuite parce que l’Otan n’intègre pas les pays divisés. Et on sait que le gouvernement de Kiev n’a pas une autorité totale sur le pays», observe-t-il.
Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала