Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Les voyageurs de ces pays devront payer 1.500 euros d’amende s’ils ne respectent pas leur quarantaine

© Sputnik . Sergueï Mamontov / Aller dans la banque de photosAéroport de Paris-Orly
Aéroport de Paris-Orly - Sputnik France, 1920, 19.04.2021
S'abonner
La France va imposer une quarantaine obligatoire de dix jours aux voyageurs en provenance du Brésil, d’Argentine, du Chili et d’Afrique du Sud. S’ils ne la respectent pas, ils risquent 1.500 euros d’amende, prévient Gabriel Attal sur Europe 1.

Le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal détaille ce lundi sur Europe 1 la mise en place d’une quarantaine obligatoire de dix jours. Elle s’appliquera pleinement à partir du 24 avril aux voyageurs venant du Brésil, d’Argentine, du Chili, d’Afrique du Sud, ainsi que de Guyane.

À leur arrivée, les voyageurs devront réaliser un test antigénique et recevront un arrêté préfectoral nominatif d’obligation à l’isolement.

«Il y aura des contrôles par la police et la gendarmerie qui permettront de vérifier que vous êtes bien dans le lieu où vous devez vous isoler», assure-t-il.

L’amende en cas de non-respect de la quarantaine sera de 1.500 euros, et de 3.000 euros en cas de récidive.

Les voyageurs devront également avoir présenté «un test PCR négatif de moins de 36 heures, et non plus de 72 heures», affirme-t-il. Par ailleurs, la liste des motifs pour venir en France sera restreinte. Seuls les ressortissants nationaux, leur conjoint et enfants, ceux de l’Union européenne, et ceux d’un pays tiers qui ont leur résidence principale en France seront autorisés à venir depuis les pays concernés.

Coordination européenne

Le porte-parole précise qu’avec toutes les restrictions actuellement en place, le trafic aérien en France se situait autour des 10% du trafic habituel. Il reconnaît cependant que l’efficacité de ces mesures dépend également de la coordination au niveau européen.

À ce titre, il annonce que Clément Beaune, le secrétaire d’État aux Affaires européennes, discutera ce mardi avec ses homologues «pour continuer à avancer vers cette coordination» afin d’empêcher toute personne d’échapper aux mesures.

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала