«La répression en Colombie est très dure, tant contre les FARC que contre les dirigeants sociaux»

Le Venezuela affronte les guerrillos FARC colombiens pendant que le gouvernement de Bogota réprime ses manifestants. Qui est responsable de ces embrasements? Analyse de Maurice Lemoine, ancien rédacteur en chef du Monde diplomatique et journaliste spécialiste de l’Amérique latine, au micro de Rachel Marsden.

Tandis qu’un conflit sanglant éclate à la frontière entre la Colombie et le Venezuela, le peuple colombien s’en prend à son gouvernement.

Des manifestations ont éclaté pour des revendications qui ressemblent beaucoup à celles exprimées par les Gilets jaunes en France. Elles ont été durement réprimées: au moins 26 morts et plus de 800 blessés, selon les chiffres officiels. Le Venezuela a apporté son soutien au mouvement. Qu’est-ce qui se cache derrière cette agitation croissante? Maurice Lemoine, ancien rédacteur en chef du Monde diplomatique et journaliste spécialiste de l’Amérique latine, explique pour Le Désordre mondial pourquoi le peuple colombien est remonté contre son gouvernement.

«En pleine pandémie, le gouvernement colombien n’a rien trouvé de mieux à faire qu’une réforme fiscale, sur la santé, les retraites, tout ça pour obéir au FMI. On est dans un pays où 46% de la population est en dessous du seuil de pauvreté. La répression est très dure, tant contre les FARC que contre les dirigeants sociaux, les syndicats.»
Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала