Paris affiche deux objectifs concernant le conflit israélo-palestinien

© AP Photo / Hatem MoussaL'immeuble abritant plusieurs médias internationaux s’effondre à Gaza, le 15 mai
L'immeuble abritant plusieurs médias internationaux s’effondre à Gaza, le 15 mai - Sputnik France, 1920, 17.05.2021
«Le cessez-le-feu le plus rapidement possible» et «la capacité à trouver une solution de stabilisation durable pour la région». Voici les objectifs affichés par Gabriel Attal sur RTL ce 17 mai concernant le conflit israélo-palestinien, alors que les tensions dans la région perdurent.

Plus de 200 morts et plus de 1.200 blessés, des immeubles détruits, les locaux de la chaîne Al-Jazeera et de l'agence AP bombardés, mais pour Benyamin Netanyahou, l’immeuble abritant des médias était «une cible parfaitement légitime». Pour essayer d'obtenir un «cessez-le-feu» entre Israéliens et Palestiniens, le porte-parole du gouvernement a promis ce lundi 17 mai sur RTL que la France allait lancer «une offensive diplomatique».

Soutenant l'idée d'une médiation égyptienne, Gabriel Attal a affiché deux objectifs concernant le conflit israélo-palestinien: «le cessez-le-feu le plus rapidement possible» et «la capacité à trouver une solution de stabilisation durable pour la région».

«Évidemment, on appelle à la désescalade, à la modération y compris dans les répliques que peut avoir Israël dans les attaques subies sur son sol», a-t-il ajouté.

«Une cible parfaitement légitime»

Les tensions au Proche-Orient ne s’apaisent pas. Depuis le 10 mai, 197 Palestiniens ont été tués, dont au moins 58 enfants, et plus de 1.200 blessés. Côté israélien, 10 personnes ont été tuées, dont un enfant, et 294 blessées après des tirs de roquettes depuis Gaza.

Réaffirmant le «droit naturel à l'autodéfense» de l'État hébreu après «des attaques non provoquées contre Jérusalem», M.Netanyahou a laissé entendre que l'offensive israélienne contre l'enclave palestinienne allait continuer.

En outre, selon le Premier ministre israélien, l'immeuble abritant des médias à Gaza, détruit samedi 15 mai par une frappe israélienne, était «une cible parfaitement légitime». Le bâtiment abritait également «un bureau de renseignement pour l'organisation terroriste palestinienne [...] qui prépare et organise des attaques terroristes contre des civils israéliens», a-t-il expliqué sur la chaîne américaine CBS, faisant référence au Hamas.

Paris insiste sur «l'urgence d'un retour à la paix»

Lors d'un entretien avec le Président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas, Emmanuel Macron a «fermement condamné les tirs revendiqués par le Hamas et d'autres groupes terroristes» vers Israël, fait savoir l'Élysée dans un communiqué publié le 13 mai.

Présentant «ses condoléances» suite aux «nombreuses pertes de civils palestiniens résultant des opérations militaires et des affrontements en cours avec Israël», le Président de la République a demandé à Mahmoud Abbas «d'user de tous les moyens de son influence pour que le calme soit rétabli au plus vite».

En outre, le 14 mai, Emmanuel Macron a insisté sur «l'urgence d'un retour à la paix» au Proche-Orient lors d’un entretien téléphonique avec Benyamin Netanyahou. Il a rappelé le «droit à se défendre» d'Israël et a exprimé «sa préoccupation au sujet des populations civiles à Gaza».

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала