La reforestation des tropiques n’aurait pas d’impact important sur le changement climatique, selon une nouvelle étude

© Sputnik . Igor Mikhalev  / Aller dans la banque de photosForêt tropicale, Nouvelle-Guinée
Forêt tropicale, Nouvelle-Guinée - Sputnik France, 1920, 31.05.2021
Une équipe internationale de chercheurs a analysé l’effet potentiel sur le climat d’un reboisement de la zone tropicale de la planète. La conclusion a surpris les scientifiques en démontrant une fois de plus la complexité de l’équilibre climatique à l’échelle mondiale.

Dans le cadre des recherches visant à trouver de meilleures solutions pour atteindre les objectifs de l’Accord de Paris sur le climat, des scientifiques du Royaume-Uni et de Hong Kong ont étudié les conséquences hypothétiques pour le climat de la reforestation de vastes surfaces de la ceinture tropicale. Les tropiques ont été choisis parce que cette zone climatique assure la croissance la plus rapide des plantes. En outre, les forêts sont un acteur important dans la plupart des stratégies relatives aux évolutions climatiques.

Sol aride (image d'illustration) - Sputnik France, 1920, 05.01.2021
Sauver la planète pour 2021: la Cop 26 de novembre ravive la foi des écolos

À l’aide de méthode de simulation informatique, les chercheurs ont modélisé un scénario qui prévoyait entre autres l’arrêt de l’exploitation des sols et des activités agricoles dans des pays comme le Brésil, le Congo, l’Inde, l’Indonésie, etc.

Le résultat a montré que les forêts tropicales géantes, qui pourraient doubler leur superficie d’ici 2100, seraient capables de stocker 124 milliards de tonnes de CO2 supplémentaires. Ce chiffre équivalent au volume d’émissions de combustibles fossiles pendant treize ans, si l’on prend le taux d’émissions annuel de 2021.

Par contre, les scientifiques ont pu observer que le gaz carbonique dans l’atmosphère, le principal responsable du réchauffement climatique, se réduirait de 18 milliards de tonnes, ce qui correspond seulement au total des émissions de combustibles fossiles durant deux ans en considérant les chiffres actuels.

Cette disproportion s’explique par plusieurs facteurs, selon les auteurs de l’étude. Premièrement, le renouvellement des matières organiques dans les sols des forêts tropicales prend beaucoup plus de temps que dans les terres agricoles. C’est-à-dire que même si les massifs forestiers dans les tropiques neutraliseraient plus de gaz carbonique, les autres aires biotiques de la planète en absorberaient simplement moins. En plus, la réduction de CO2 dans l’atmosphère, effectuée par ces nouvelles jungles, ralentirait la croissance des plantes ailleurs dans le monde, abaissant également le taux d’absorption du dioxyde de carbone dans les autres zones climatiques.

Les scientifiques ont constaté avec surprise que la reforestation des tropiques, compte tenu de son influence potentielle sur le stockage de CO2 dans les autres macro-écosystèmes, n’aurait pour résultat qu’une réduction de gaz carbonique atmosphérique égale à 10 parties par million (ppm).

«Le système planétaire commence à agir contre nous quand nous plantons des arbres ou utilisons d’autres moyens pour retirer du CO2 de l’air», ont écrit les chercheurs, dressant le bilan de leur travail.

La conclusion qui met en exergue l’interdépendance de biotopes et la complexité de la balance climatique sur la Terre pour en même temps accentuer l’importance de mesures qui simplement limitent, dès maintenant, les émissions globales de carbone fossile.

COP21 et l’accord de Paris

Du 30 novembre au 12 décembre 2015, la France a accueilli la 21e conférence sur le climat (COP21) à la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques (CCNUCC) et la 11e conférence internationale relative au protocole de Kyoto (CMP11).

Drapeau de l'Onu - Sputnik France, 1920, 13.10.2020
Notre planète risque de devenir un «enfer inhabitable», prévient l’Onu

Ce sommet a donné naissance à un accord international sur le climat, le premier document historique sur les changements climatiques sur notre planète, baptisé Accord de Paris.

Approuvé par l'ensemble des 195 délégations le 12 décembre 2015 et entré en vigueur le 4 novembre 2016, ce traité vise l’objectif ambitieux de contenir d'ici à 2100 le réchauffement climatique entre 1,5 et 2 degrés Celsius.

L’accord n’interdit pas l’utilisation de combustibles fossiles mais engage les signataires à réduire progressivement les émissions et à assurer un rééquipement technologique.

Parmi les 200 pays, les États-Unis ont été les seuls à, pendant la présidence de Donald Trump en 2017, annoncer leur retrait de l’accord de Paris pour y retourner en 2021 sur décision du Président américain suivant, Joe Biden.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала