Remboursement des compteurs Linky? «Pas de coût additionnel», insiste Enedis

© AFP 2022 DAMIEN MEYERCompteur Linky
Compteur Linky - Sputnik France, 1920, 01.06.2021
Rembourser ou ne pas rembourser les compteurs triphasés obligatoires qui équipent à ce jour plus de 30 millionsde foyers en France: telle est la question que se posent les usagers après la publication d’informations sur la nécessité de régler la facture pour Linky, engin annoncé initialement comme gratuit. Enedis a déjà émis un commentaire.

Dès le début, il n’a pas été bien accueilli par tout le monde, certains craignant les ondes qu’il émet, d’autres que les données collectées en vue de son installation ne portent atteinte à leur vie privée. Quoi qu’il en soit, le compteur triphasé Linky de couleur jaune fluo ne laissait pas trop de choix à ses détracteurs. Obligatoire, il équipe déjà plus de 30 millions de foyers à travers le pays.

Toutefois, dès le début il a été promis que Linky, présenté comme outil indispensable pour réaliser la transition écologique, ne coûterait «pas un centime aux particuliers». C’est du moins ce qu’avait affirmé en 2011 au Parisien Éric Besson, à l'époque ministre de l’Industrie et de l’énergie.

Compteur Linky - Sputnik France, 1920, 24.02.2020
Choc «électrique»: le bug d’un compteur Linky fait monter la facture d’un Breton à plus de 14.000 euros
Or, dans sa publication datant du 31 mai, le même quotidien rapporte qu’en dépit de ces promesses, les usagers devront rembourser le système à partir de 2022. Ce compteur a coûté 130 euros par boîtier, montant auquel il faut rajouter des frais annexes, selon les calculs de la Cour des comptes. Ainsi, le montant de la facture totale de l’installation atteindrait la bagatelle de 5,7 milliards d’euros.

Certes, est-il indiqué dans l’article, c’est Enedis qui supporte la majeure partie du coût, 5,39 milliards d'euros. 10% du montant sont prélevés sur ses propres fonds, le reste venant d'un emprunt au taux de 0,77%. Cependant, est-il indiqué, ce n’est point l’entreprise qui aura à rembourser le montant en question mais le consommateur, et ce par le biais d’un mécanisme de «différé tarifaire». Il permettra de collecter dès l’année prochaine «un total de 2 milliards d’euros en 2030».

Enedis réagit

Le lendemain de la parution de l’article, Enedis a réagi sur son site officiel, expliquant exercer une mission de service public rémunérée au travers du TURPE (Tarif d’Utilisation des Réseaux d’Électricité).

«Le déploiement des compteurs communicants s’intègre dans ce tarif [...]. Il n’y a pas de coût additionnel associé à Linky. Les consommateurs ne paieront pas 15 € de plus par an au titre de Linky», est-il indiqué.

Quant au «différé tarifaire», il est expliqué qu’il évite d’engendrer une hausse du TURPE au moment du déploiement du programme puis une baisse à l’issue.

«Les prévisions faites au début du programme sont bien confirmées, les économies de charges d’Enedis compenseront les sommes à payer au titre de l’investissement Linky. Les consommateurs ne paieront donc pas un coût supplémentaire dû à Linky», insiste l’entreprise.
Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала