Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Via leur loi sur les peuples autochtones, «les autorités ukrainiennes veulent torpiller la Russie»

© AFP 2021 Vasily MaximovUn graffiti à Moscou représente la Crimée en couleurs du drapeau de Russie.
Un graffiti à Moscou représente la Crimée en couleurs du drapeau de Russie. - Sputnik France, 1920, 12.06.2021
S'abonner
Le Président ukrainien a proposé un projet de loi sur les peuples autochtones de son pays. Privilégiant les ethnies ne pouvant s’appuyer sur une entité étatique en dehors du pays, la loi priverait des droits à une langue et une culture singulière plusieurs minorités, qui se battent pour leur reconnaissance depuis l’indépendance du pays.

Volodymyr Zelensky a soumis à la Rada suprême (Parlement ukrainien) un projet de loi sur les peuples autochtones d’Ukraine. Le terme «peuples autochtones» est mentionné dans la Constitution ukrainienne. Selon l’article 11 de la loi fondamentale, l’État devrait «contribuer au développement de l’identité ethnique, culturelle, linguistique et religieuse des peuples autochtones et des minorités nationales d’Ukraine.»

Football. UEFA EURO 2021. Image d'illustration. - Sputnik France, 1920, 11.06.2021
L'Ukraine persiste et signe: le slogan jugé «politique» par l’UEFA est officialisé comme un symbole de l’équipe de foot
Le premier article du projet de loi de Zelensky est le plus important, puisqu’il définit les qualités nécessaires pour être qualifié de peuple autochtone. «Naître sur le territoire de l’Ukraine, être porteur d’une langue et d’une culture distinctives, jouir de la conscience d’être un peuple autochtone d’Ukraine» ou «constituer une minorité ethnique dans le pays» ne soulèvent pas de questions. Le dernier point est pourtant à ne pas négliger: «ne pas avoir sa propre entité étatique en dehors de l’Ukraine». Cela exclut d’emblée les Hongrois, les Roumains, les Biélorusses, les Juifs et les Russes qui peuplent actuellement l’Ukraine. Dit autrement, toutes les ethnies qui ont des «États mères» n’ont aucune chance d’entrer dans la liste des peuples «indigènes» d’Ukraine.

«En soi, la division de gens en autochtones de premier choix et de second choix ressemble beaucoup à la théorie et la pratique de l’Allemagne nazie», a commenté Vladimir Poutine, évoquant le sort des russophones ukrainiens. Il a notamment soulevé l’un des points du projet de loi, qui entend que les autochtones ne peuvent pas être discriminés. «Mais il y a une règle générale, selon laquelle est autorisé tout ce qui n’est pas interdit. Les autochtones ne peuvent pas être discriminés et ceux qui ne le sont pas le peuvent? Y compris les Russes?» a réagi le chef du Kremlin.

Seuls trois peuples correspondent aux critères du projet de loi Zelensky. Il vise principalement les Tatars de Crimée, dont la population en Ukraine est estimée à environ 300.000 personnes, dont environ 90% vivent en Crimée. Deux petits peuples de Crimée entrent aussi dans les critères de la loi: les Karaïmes, qui comptent près de 1.200 personnes, dont environ 500 vivent en Crimée et les Krymchaks, dont le nombre ne dépasse pas quelques centaines de personnes.

Les Ruthènes hors la loi en Ukraine

Vladimir Poutine  - Sputnik France, 1920, 09.06.2021
Poutine sur la division des peuples, l’Ukraine et l’Otan
Néanmoins, il existe en Ukraine un autre peuple, qui n’a ni «pays mère» ni particulièrement de droits. Méconnu du grand public, les quelques 55.000 Ruthènes vivent rassemblés dans l’ouest de l’Ukraine, l’Est de la Slovaquie, le sud-est de la Pologne, le nord-est de la Hongrie, le nord-ouest de la Roumanie, ainsi qu’en Voïvodine serbe et en Slavonie croate. Mais contrairement à d’autres pays de résidence des Ruthènes, Kiev refuse obstinément de les reconnaître en tant que groupe ethnique et minorité nationale distincte.

Au micro de Sputnik, Mikhaïl Tyasko, vice-président du Conseil mondial des Ruthènes des Basses-Carpates, se montre très inquiet face au nouveau projet de loi ukrainienne.

«Les Tatars de Crimée n’ont été reconnus comme peuple autochtone que parce qu’ils font désormais partie de la Russie. La Crimée n’est plus le territoire de l’Ukraine. De jure oui, de facto non. Les autorités ukrainiennes veulent juste torpiller la Russie en reconnaissant aujourd’hui les Tatars.»

Le drapeau ukrainien (photo d'archives) - Sputnik France, 1920, 08.06.2021
L’Ukraine invente un plan pour son adhésion à l’Otan, les États-Unis évoquent un malentendu
Le Conseil régional de Transcarpatie d’Ukraine a déposé à deux reprises, en 1992 et 2002, une demande de reconnaissance des Ruthènes à la Rada suprême. Ce qui lui a été refusé. Selon les représentants de l’équipe de Zelensky, la lettre de la nouvelle loi ukrainienne correspond aux critères des documents sur les peuples autochtones adoptés par l’Onu et d’autres organisations internationales.

«En 2006, l’Onu a recommandé à l’Ukraine de reconnaître la nationalité ruthène et de soutenir sa culture, permettant –au moins au niveau régional– d’enseigner la langue ruthène sur le territoire de l’actuelle région de Transcarpatie et de l’ancienne Rus’ des Basses-Carpates», rétorque Mikhaïl Tyasko.

Après le «renversement du gouvernement Ianoukovitch et le déclenchement du conflit» dans l’Est ukrainien, les activistes pour les droits des Ruthènes ont été «inclus dans la liste des séparatistes». Résultat, Mikhaïl Tyasko vit désormais en Tchéquie.

«En 2014 –2015, nous étions persécutés à tel point que nous ne pouvions même pas rentrer à la maison. J’ai essayé plusieurs fois, mais après plusieurs visites d’agents de la Sécurité, nous avons décidé de ne pas mettre en danger notre famille et nos proches. Nous avons complètement arrêté d’aller en Ukraine. J’espère qu’un jour, la situation changera», déplore Mikhaïl Tyasko.

La loi de 2012 approuvée par le Président Ianoukovitch sur l’enseignement de la langue ruthène dans les écoles primaires en Ukraine donne aujourd’hui lieu, d’après notre interlocuteur, à des «déclarations politiques, qui ne sont pas vraies», car de facto la langue ruthène, basée sur l’alphabet cyrillique, n’est pas enseignée en Ukraine.

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
EN DIRECT
Заголовок открываемого материала
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала