Joe Biden confond trois fois la Libye et la Syrie à la veille de son sommet avec Vladimir Poutine

© REUTERS KEVIN LAMARQUELe Président Biden lors d'une conférence de presse à l'issue du sommet du G7 (13 juin 2021)
Le Président Biden lors d'une conférence de presse à l'issue du sommet du G7 (13 juin 2021) - Sputnik Afrique, 1920, 15.06.2021
Une nouvelle bévue vient élargir la longue liste de celles déjà commises par Joe Biden. Cette fois-ci, le Président des États-Unis a confondu à trois reprises la Libye et la Syrie lors de son discours au G7.

Connu pour ses nombreuses bourdes, le Président américain a amusé ses détracteurs en faisant une nouvelle lors d'une conférence de presse donnée lors du sommet du G7 dimanche en Cornouailles (Grande-Bretagne). Cette fois-ci, Joe Biden a confondu la Libye et la Syrie trois fois d’affilée, en discutant d’une éventuelle coopération avec la Russie pour accorder de l'aide humanitaire aux pays déchirés par la guerre civile.

​Il a notamment évoqué la possibilité d’une collaboration de Washington avec Moscou pour fournir une «assistance vitale à la Libye» et à «une population qui connaît des problèmes réels». En réalité, il s’agissait sans doute de la Syrie. «J’espère que nous pourrons trouver des logements où nous pourrons sauver la vie de personnes, par exemple en Libye», a-t-il ajouté peu après.

Les bourdes continuent

Surnommé «machine à gaffes», le Président des États-Unis est depuis longtemps réputé pour ses bévues verbales. Il avait même fait une erreur en prononçant le nom de Vladimir Poutine, qu’il devra rencontrer pour la première fois en tête-à-tête à Genève le 16 juin, le nommant «Président Cloutine» en avril dernier, en parlant des nouvelles sanctions américaines visant la Russie.

En mars, il avait qualifié de Présidente sa vice-Présidente Kamala Harris, et ce pour la deuxième fois au moins. Car en décembre 2020, il l’avait déjà qualifiée de «Présidente élue».

Dix jours avant, Joe Biden avait également donné l’impression de souffrir de problèmes de mémoire: il a eu du mal à se rappeler le nom du chef du Pentagone, Lloyd Austin.

En novembre 2020, encore candidat à la présidence, il avait commis une série de lapsus, ayant apparemment confondu ses deux petites-filles et présenté à un groupe d'électeurs son fils Beau, pourtant décédé en 2015.

Premier sommet avec Poutine

Le discours tenu par Joe Biden en Angleterre concernait entre autres les thèmes qu’il espère soulever lors de son premier sommet avec le Président russe à Genève.

Le dirigeant américain a partagé son avis sur le fait que les relations russo-américaines se trouvaient au plus bas.

À la question de savoir pourquoi Vladimir Poutine ne change pas de position face à la pression des pays occidentaux, M.Biden a répondu avec un sourire: «Il est Vladimir Poutine», tout en refusant d’«entrer dans le détail».

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала