Pour près de la moitié des Allemands, la liberté d'expression est en danger

Scotch sur la bouche  - Sputnik France, 1920, 20.06.2021
Les Allemands se pensent-ils libres d'exprimer leurs opinions comme ils le veulent ? Selon une récente étude, moins de la moitié croient que oui, beaucoup estimant que la liberté d'expression est en danger. L'islam et le patriotisme comptent parmi les sujets dont il serait impossible de parler sans peser ses mots.

Près de la moitié des Allemands pensent que la liberté d'expression est en danger, selon l'Institut de sondage d'opinion Allensbach, l'un des plus anciens et respectables d'Allemagne. Seulement 45% des personnes interrogées ont encore le sentiment que les opinions peuvent être exprimées librement en Allemagne, relate le Frankfurter Allgemeine Zeitung.

Cet indice est de loin le plus bas depuis le premier sondage en ce sens réalisé par l'Institut en 1953. Il est depuis mené chaque année. Il s’agit donc d’un record historique.

44% des sondés ont dit qu'il valait mieux être prudent en s’exprimant. Parmi les questions auxquelles il faudrait accorder plus d'attention, 58% ont cité l'islam, 28% le patriotisme et 19% l'égalité des droits pour les femmes.

Certains autres sujets tels que le langage non sexiste ou les mots considérés comme politiquement incorrects ont également été perçus comme sensibles, ajoute le journal Tagesspiegel.

Qu’en est-il en France?

Bien que considérée comme fondamentale, la liberté d’expression semble assombrie dans l’Hexagone depuis quelques années. Ainsi, selon un sondage réalisé en novembre 2020 par l’agence de recrutement Qapa, 87% des Français estiment qu’elle est menacée sur leur lieu de travail, et 71% préfèrent même s’autocensurer pour éviter les conflits.

À la suite de l’assassinat de Samuel Paty, mais aussi de l’attentat contre Charlie Hebdo en 2015, 49% des enseignants disent avoir choisi de s’autocensurer, en classe, sur les sujets religieux, selon une enquête de l'Ifop parue le 6 janvier 2021. Il s’agit d’une hausse de 13 points depuis 2018.

Or, d’après un autre sondage de l’Ifop réalisé avec Charlie Hebdo au mois d’août 2020, 59% des Français estiment que le journal satirique a eu raison de publier des caricatures du prophète au nom de la liberté d’expression, un chiffre en hausse de 21 points depuis 2006.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала