Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Des chrétiens et le Hezbollah: une alliance de circonstance?

CC BY 2.0 / upyernoz / Hezbollah FlagDrapeau du Hezbollah
Drapeau du Hezbollah - Sputnik France, 1920, 22.06.2021
S'abonner
Le chef du Courant patriotique libre chrétien Gebran Bassil implore la médiation du Hezbollah pour régler les différends politiques au Liban. Une manière également de rappeler l’alliance entre les deux partis. Pour des raisons distinctes, ils ont plus que jamais besoin l’un de l’autre, estime Maya Khadra, journaliste libanaise.

Le Hezbollah serait-il au-dessus de la mêlée? En pleine crise politique et économique, les dirigeants libanais peinent toujours à se mettre d’accord sur la formation d’un gouvernement.

«Je veux que Hassan Nasrallah soit l’arbitre [du conflit gouvernemental, ndlr] parce que j’ai confiance en lui. Je lui confie la question des droits des chrétiens, un slogan si cher aux aounistes. Je suis convaincu que vous vous attachez à ce qui est juste», a affirmé Gebran Bassil, chef du Courant patriotique libre (CPL), premier parti chrétien du pays.

Et d’ajouter: «Sans vouloir vous faire assumer un fardeau quelconque, j’accepte ce que vous acceptez pour vous-mêmes.» Par cette déclaration pour le moins partisane, l’homme politique a réaffirmé l’importance d’une alliance avec le parti chiite pour tenter d’arriver à une solution politique.

Mais pour l’analyste politique et journaliste franco-libanaise Maya Khadra, cette prise de position est «indécente pour les Libanais».

«À chaque fois qu’il est en difficulté, Gebran Bassil sort son arsenal linguistique sur la sauvegarde des chrétiens. C’est écœurant alors que le pays est au bord du précipice économique. C’est littéralement honteux, il va bientôt y avoir la fin des subventions sur les produits alimentaires», fustige-t-elle au micro de Sputnik.

Los militares instalan las banderas de Hizbulá y Líbano en la frontera sirio-libanesa - Sputnik France, 1920, 17.06.2021
Pour réduire l’influence du Hezbollah, la France et les États-Unis miseraient sur l’armée libanaise
En effet, l’économie du pays du Cèdre est littéralement exsangue: la livre libanaise a dégringolé à 15.000 pour un dollar au marché noir, multiplié par 10 en deux ans. Le salaire minimum a perdu environ 90% de sa valeur et le Liban connaît une pénurie d’essence et d’électricité. Indépendamment de la crise, les propos de Gebran Bassil répondent à «un intérêt purement politique», estime la journaliste, le chef du Courant patriotique libre souhaitant s’assurer le soutien constant du puissant parti chiite pour la formation du gouvernement.

Michel Aoun et Hassan Nasrallah alliés depuis 2006

Un appui qui ne date pas d’hier: «L’entente de Mar Mikhaël entre les deux partis remonte à 2006», explique Maya Khadra. Un pacte qui a été signé entre Michel Aoun et Hassan Nasrallah lui-même dans l’église de Mar Mikhaël à Beyrouth. Il devait entériner la période de la guerre civile et promouvoir une réconciliation nationale entre les différentes communautés libanaises. Grâce à cette alliance, «le parti chrétien a pu constituer un grand bloc parlementaire», tient à rappeler la journaliste.

Gebran Bassil «ne cache pas ses ambitions présidentielles et compte sur cette alliance». Mais le Hezbollah semble tiraillé, il est allié du président du Parlement Nabih Berri qui, lui, est favorable à Saad Hariri, principal adversaire politique du parti chrétien. À en croire les propos de notre intervenante qui ne cache pas son parti pris sur le sujet, cette obsession politique n’a mené à «aucun résultat tangible».

«Gebran Bassil était ministre de l’Énergie et avait promis de l’électricité 24h/24: aujourd’hui l’électricité est rationnée. 50% de la dette provient du secteur de l’énergie. Il compte sur son alliance avec le Hezbollah pour protéger ses magouilles. Cette alliance n’a rien apporté de concret au Liban. Les deux partis redoutent profondément des élections anticipées», avance Maya Khadra.

Hassan Nasrallah - Sputnik France, 1920, 09.06.2021
Et si l’Iran venait au secours du Liban à la demande du Hezbollah?
En effet, des partis de l’opposition, les révolutionnaires et certains indépendants demandent la tenue d’élections législatives anticipées. Or, d’un côté comme de l’autre, le Hezbollah et le Courant patriotique libre sont contre. Dans son allocution du mois de mai dernier, le secrétaire général du Hezbollah avait réitéré son refus d’un scrutin anticipé, évoquant «une perte de temps».

«Ils savent pertinemment qu’ils ont perdu en popularité», juge la journaliste. Les deux partis ont été au cœur des critiques pendant le soulèvement populaire d’octobre 2019, «c’est surtout Gebran Bassil qui était visé», ajoute-t-elle.

Le Hezbollah aurait pourtant tout intérêt à conserver son alliance avec le parti chrétien.

«Un axe chiite qui va de l’Iran au Liban»

«Cette alliance est une ombrelle de légitimité pour le parti chiite qui lui permet de se faire passer pour ce qu’il n’est pas», poursuit Maya Khadra. Farouchement opposée au Hezbollah, elle critique «cet axe de la résistance qui prétend regrouper les minorités face à la majorité sunnite». De surcroît, le Hezbollah profiterait de son entente avec le Courant patriotique libre pour avoir un soutien de poids pour le maintien de son arsenal militaire au Liban. Depuis la fin de la guerre civile en 1990, toutes les milices ont rendu leurs armes à l’exception du parti de Dieu qui justifiait son armement pour s’opposer aux menaces israéliennes. Ainsi, cet accord entre les deux partis serait perçu comme «un troc: on ne dit rien sur vos armes et vous nous apportez un soutien politique», résume l’analyste.

L’opposition politique libanaise se réfère à la résolution 1559 de l’Onu pour exiger le désarmement du parti chiite. À ce titre, Gebran Bassil a évoqué le 7 juin la possibilité que le Hezbollah conserve ses armes «si (elles) s’inscrivent dans le cadre de la stratégie de l’État». Pour la journaliste, le Hezbollah ne représente pas le peuple libanais puisqu’il «obéit à Téhéran».

«Ses armes sont là pour le défendre et pour empêcher quiconque osera s’opposer à lui. Il se sert de cette alliance avec certains chrétiens pour étendre son influence et réaliser cet axe chiite qui va de l’Iran au Liban en passant par l’Irak et la Syrie», tranche Maya Khadra.

Membre du Hezbollah - Sputnik France, 1920, 19.05.2021
Conflit israélo-palestinien: derrière le Hamas, l’ombre du Hezbollah?
Indépendamment de sa politique à l’égard de Téhéran, le Hezbollah a tout de même mené plusieurs opérations au Liban avec l’armée libanaise contre les incursions djihadistes à la frontière entre 2014 et 2017, défendant de fait la communauté chrétienne. Commentant cette information, la journaliste stipule que "le Hezbollah a fait du troc de détenus avec Daech sans l'avis de l'Etat libanais ou de l'armée". Pourtant, les actions militaires du parti ont également permis de libérer de nombreux villages chrétiens en Syrie. Soutenant l’engagement du parti chiite sur le territoire syrien, Gebran Bassil a affirmé le 7 juin «qu’il était nécessaire de chasser» les terroristes. Mais pour Maya Khadra «cette domination militaire ne sert ni les intérêts des Libanais ni ceux des Syriens mais ceux des Mollahs».

Quoi qu’il en soit, cette alliance hétérogène entre les partis chiite et chrétien est loin de faire consensus.

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
EN DIRECT
Заголовок открываемого материала
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала