Élections et abstention massive: l’exécutif peut-il faire revenir les Français aux urnes?

© REUTERS / CHRISTIAN HARTMANNÉlections régionales et départementales 2021 en France
Élections régionales et départementales 2021 en France - Sputnik Afrique, 1920, 24.06.2021
La défiance à l’égard des institutions s’intensifie. Scrutin après scrutin, l’abstention renforce son statut de premier parti de France. Alors, faut-il obliger les Français à se rendre aux urnes? Reconnaître le vote blanc? Ou mettre en place le vote électronique? Analyse.

Chose rare en politique, tous les partis se sont accordés sur un point: l’abstention record au premier tour des élections régionales est le signe d’une défiance des Français. Un constat somme toute évident puisque 66,72% des Français se sont abstenus dimanche 20 juin dernier. Et le taux de participation ne devrait pas grimper en flèche au second tour. Seulement 36% des Français disent avoir l’intention d’aller voter dimanche 27 juin, selon un sondage IFOP pour le JDD publié ce jeudi 24 juin.

A man holds his electoral card and a ballot as he votes in the second round of the legislative by-election in the 4th constituency of the Doubs in Pont-de-Roide on February 8, 2015.  - Sputnik Afrique, 1920, 17.06.2021
Vers une abstention record aux régionales? «Dans le monde occidental, la démocratie est un peu à bout de souffle»
Pourtant, la classe politique, en particulier les membres du Rassemblement national, grande victime de l’abstention, n’ont pas hésité à enjoindre les Français à participer à cet exercice démocratique. «Si vous ne votez pas pour vos idées, votre voix ne compte plus. Tout est possible, pour peu que vous le décidiez: aux urnes, patriotes!», a lancé Marine Le Pen sur Twitter. Jean-Pierre Raffarin, ancien Premier ministre, a estimé quant à lui sur France info que «dans la démocratie, l’électeur est le patron, donc je pense qu’il faut plutôt l’écouter que lui faire des reproches».

Pour résoudre le problème, Gabriel Attal a plaidé sur RMC en faveur du vote électronique: «Quand on a 70% d’abstention, on ne peut pas se payer le luxe de fermer des pistes

Le vote électronique, solution idoine contre l’abstention?

«Si on ne fait pas cela d’ici à la présidentielle, si on ne regarde pas cette option, on se tromperait. Cela fait partie de notre boîte à outils», a poursuivi le porte-parole du gouvernement. 

Contacté par Sputnik, le politologue Yves Sintomer concède que cette mesure pourrait faciliter l’accès au vote. Pourtant, celle-ci n’aurait pas, à l’en croire, de réelle répercussion sur le système politique. Par ailleurs, il prévient:

«Le vote électronique est plus délicat car il est plus facilement attaquable par des processus de hacking. Il a été expérimenté en Suisse mais il n’y a pas une solution qui soit fiable à 100%, en particulier quand il y aura des élections nationales avec un grand nombre d’enjeux comme le scrutin présidentiel en France.»

Solution radicalement opposée: reconnaître le vote blanc qui, a contrario, ferait peser sur les politiques la responsabilité de l’abstention. En clair: si les électeurs ne se rendent pas aux urnes, la faute revient aux candidats, incapables d’attirer leur regard. Un telle option permettrait, selon Yves Sintomer, «la reconnaissance d’un vote actif de défiance» alors que «l’abstention est une manifestation plus passive de défiance». «Le vote blanc est un signe plus clair de critique du système», affirme-t-il.

Un sondage de l’institut IFOP, cette fois-ci réalisé pour Sud Radio, indique que 80% des Français sont favorables à l’idée de le comptabiliser lors du calcul du résultat des élections. Ainsi cette mesure pourrait-elle «avoir comme effet d’empêcher les candidats d’obtenir la majorité absolue et donc d’invalider le scrutin», explique l’enquête.

​Reconnaître le vote blanc pour signifier son mécontentement?

Jean-Luc Mélenchon a d’ailleurs d’ores et déjà fait part de son intention de déposer une proposition de loi «pour un seuil minimum de participation pour qu’une élection soit valide et pour la reconnaissance du vote blanc».

Bien sûr, la reconnaissance du vote blanc serait une véritable révolution démocratique:

«Le reconnaître aurait pour conséquences de compter ces voix de refus actif du système. Mais également de rendre plus difficile la possibilité d’avoir des majorités. Cela pousserait donc à avoir des aménagements internes à l’intérieur du système de lois électorales, et sur la manière dont les coalitions se forment», analyse le politologue.

Il est vrai que les fusions de liste, les alliances d’entre-deux tours ou les consignes de vote peuvent parfois laisser pantois une partie des électeurs. À l’image de Manuel Valls, ancien Premier ministre (PS), et Jean-Paul Huchon, ex-président socialiste de la région Île-de-France, qui ont appelé à voter pour Valérie Pécresse (Les Républicains) afin de combattre l’alliance de gauche menée par l’écologiste Julien Bayou.

​D’autres, à l’image de l’éditorialiste Christophe Barbier, souhaitent tout bonnement obliger les Français à voter, sous peine de «punition douce et démocratique».

Obliger les Français à voter sous peine de sanction?

Une solution loin de convaincre Yves Sintomer: «Le vote obligatoire est perçu par les citoyens comme une contrainte a fortiori dans un moment où ils expriment, au moins passivement, leur défiance par rapport au système politique.»

​Le sondage IFOP a d’ailleurs confirmé cette grille de lecture. Ainsi, 59% des personnes interrogées ne sont pas favorable au vote obligatoire avec amende à la clef, contre 41% qui soutiendraient cette mesure.

Comme l’explique le professeur de science politique à l’université Paris VIII, cette obligation aurait des «effets ambivalents». D’une part, «on casserait le thermomètre et de ce fait, on ne pourrait plus mesurer, à travers l’abstention, le niveau de défiance par rapport au système politique». D’autre part, cela pourrait pousser une partie de la classe politique dans des dérives populistes.

«D’une certaine manière, ce sont les “outsiders”: les jeunes, les couches populaires, qui sont les plus enclins à l’abstention. En forçant le vote, on les fait rentrer dans le processus électoral. Cela amène les partis politiques à prendre davantage en compte les intérêts supposés et les valeurs supposées de ces couches sous-représentées actuellement», détaille Yves Sintomer.

En outre, le politologue avance que cela pourrait également «renforcer la politique spectacle», notamment parce que l’opinion de ces déçus de la politique «est moins fixée».

«Cela renforce l’importance de la campagne électorale, avec des débats télévisuels, ainsi que de la publicité électorale car ces gens se déterminent finalement au dernier moment, et en fonction d’impressions plus vagues encore que celles qu’ils peuvent avoir en général.»

Autant de solutions donc qui, à en croire le politologue, ne devraient pas permettre de pousser les électeurs sur le chemin des bureaux de vote.

«On ne résout pas le problème de l’abstention, qui est un problème structurel de désaffection par rapport au système politique officiel, avec des mesures techniques, quelles qu’elles soient, après on peut l’atténuer, ou du moins en diminuer les effets», résume Yves Sintomer.
Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала