Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Plus de 70% des Libanais risquent prochainement de perdre leur accès à l’eau, prévient l’Onu

Eau potable - Sputnik France, 1920, 24.07.2021
S'abonner
Les systèmes libanais d’approvisionnement en eau risquent de ne plus fonctionner dans les quatre à six prochaines semaines et de priver d’eau potable plus de quatre millions de personnes, selon le Fonds des Nations unies pour l’enfance.

Le Liban, qui est déjà confronté à une pénurie de médicaments et d’électricité sur fond de crise économique, est menacé par un nouveau fléau: une perte prochaine d’accès à l’approvisionnement public en eau.

«Plus de quatre millions de personnes, dont un million de réfugiés, risquent de ne plus avoir accès à l’eau potable au Liban», prévient le Fonds des Nations unies pour l’enfance (UNICEF).

Selon l’UNICEF, ces quatre ou six prochaines semaines, la plupart des pompes d’eau du pays seront hors service suite à l’aggravation de la crise économique, entraînant des pénuries de financement, de carburant et de fournitures telles que le chlore et de pièces détachées.

«Le secteur de l'eau est réduit à néant par la crise économique actuelle au Liban, incapable de fonctionner en raison des coûts d'entretien qui s'élèvent en dollars, des pertes d'eau causées par l'eau non génératrice de revenus, de l'effondrement parallèle du réseau électrique et de la menace de l'augmentation des coûts du carburant», a déclaré Yukie Mokuo, représentante de l'UNICEF au Liban.

Vulnérabilité critique pour 71% des habitants

Selon une évaluation soutenue par l’UNICEF, au Liban plus de 71% des habitants sont concernés par des niveaux de vulnérabilité «très critique» et «critique» et près de 1,7 million de personnes n’ont accès qu’à 35 litres par jour, contre 165 litres avant 2020.

L’UNICEF indique que depuis 2020, le prix de l’approvisionnement en eau du secteur privé a augmenté de 35%, tandis que celui de l’eau en bouteille a doublé.

«Si des mesures urgentes ne sont pas prises, les hôpitaux, les écoles et les installations publiques essentielles ne pourront pas fonctionner et plus de quatre millions de personnes seront obligées de recourir à des sources d'eau dangereuses et coûteuses, mettant ainsi en danger la santé et l'hygiène des enfants», alerte l’UNICEF.

La pénurie d’eau potable s’ajoute à deux autres problèmes de taille se posant au pays: les médicaments et l’électricité.

Une situation tragique menaçant la sécurité sanitaire

Selon les informations de MAP, l’Association des propriétaires de pharmacie du Liban a annoncé vendredi 23 juillet la suspension du fonctionnement des officines en l’absence de médicaments.

«La situation tragique dans laquelle se trouve le secteur pharmaceutique au Liban laisse présager de graves conséquences pour la sécurité sanitaire», a indiqué l’association.

Jeudi 22 juillet, la même agence a informé que plusieurs hôpitaux libanais prédisaient une «catastrophe sanitaire» imminente dans un pays en pleine lutte contre le Covid-19 en raison d’une grave pénurie de courant et de carburant.

Les réserves de carburant quasiment épuisées dans les hôpitaux

Après des mois de rationnements, la compagnie nationale Électricité du Liban (EDL) a quasiment cessé de fournir du courant ces dernières semaines, obligeant les hôpitaux à recourir à des générateurs privés. Les hôpitaux sont cependant incapables de trouver du fioul pour les alimenter.

«Un certain nombre d'hôpitaux risquent de voir leurs réserves (de mazout) s'épuiser dans les prochaines heures, ce qui mettra la vie des patients en danger», a mis en garde le syndicat des hôpitaux privés, dans un communiqué.

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
EN DIRECT
Заголовок открываемого материала
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала