Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Policiers, gendarmes et routiers: le gouvernement exempte-t-il de pass sanitaire certaines professions par crainte?

© SputnikManifestation contre l'extension du pass sanitaire à Paris, le 22 juillet 2021
Manifestation contre l'extension du pass sanitaire à Paris, le 22 juillet 2021 - Sputnik France, 1920, 27.07.2021
S'abonner
Dénonçant l’incohérence de l’application du pass sanitaire qui sera bientôt élargie en France, mais qui ne concernera pas les relais routiers ou encore la police et la gendarmerie, des personnalités publiques voient dans cette mesure du gouvernement des motifs politiques. «Le gouvernement […] craint une rébellion», juge François Asselineau.

Une nouvelle manifestation contre le pass sanitaire étant prévue pour ce 31 juillet, après toute une série d’autres mobilisations ayant gagné en intensité au cours des dernières semaines, les avis se divisent autour des particularités de l’application de ce document.

Par l’adoption du projet de loi le 25 juillet, le pass sanitaire sera élargi aux cafés, bars et restaurants, aux avions et aux trains et sera nécessaire pour se rendre dans les établissements médicaux, sauf pour les cas d’urgence. Or, il n’est par exemple pas nécessaire dans les relais routiers, ce qui semble être dépourvu de logique pour certaines personnalités publiques.

Tout en estimant que dans le pass sanitaire il n’y a «rien de scientifique», le candidat à la présidentielle et président de l’Union populaire républicaine (UPR) François Asselineau juge que le gouvernement «craint des blocages routiers» et se préserve ainsi. Il y voit également un lien avec l’exemption pour la police et les gendarmes de la vaccination obligatoire, alors que les pompiers sont concernés par cette mesure, tous ces professionnels étant au contact de la population.

«Le gouvernement […] craint une rébellion des forces de l’ordre qui ferait chuter le régime Macron.»

Partageant cet avis, le rédacteur chez Tysol France Patrick Edery voit un caractère politique dans cette mesure:

«Les relais routiers sont par excellence les endroits les plus dangereux pour la transmission du virus, mais de peur d'une grève qui toucherait la clientèle bobo de Macron, le gouvernement les exempte de pass.»

«Police, armée, routiers: toutes les professions qui peuvent mettre le gouvernement à terre sont exemptées. Donc le pass sanitaire est tout sauf sanitaire, sinon il s'appliquerait à tous», juge quant à lui l’écrivain Olivier Marteau.

Le spécialiste de l’économie du sport Pierre Rondeau n’y voit lui non plus aucune logique:

«La cohérence à ce niveau, ça laisse rêveur», lance de son côté le correspondant de Libération Jean Quatremer.

«Le gouvernement a fait une bonne chose»

Quant aux représentants de cette profession exemptée des pass sanitaires, ils ne semblent pas être dérangés par la décision du gouvernement. Au micro de BFM TV, un chauffeur de poids lourd, qui n’envisage pas de se faire vacciner, explique que «si demain il y a un pass sanitaire dans les restaurants routiers», il mangera dans son camion.

«On fait toujours les gestes barrières. Quand je vais à un client, je ne lui demande pas s’il est vacciné. Je mets mon masque, on n’a pas de contact, cela se passe très bien», déclare un conducteur qui a déjà reçu deux doses, mais qui n’est pas dérangé par l’idée qu’un collègue non vacciné mange à côté de lui.

Pour le propriétaire d’un restaurant, dont 80% de sa clientèle est composée de chauffeurs routiers, «le gouvernement a fait une bonne chose en excluant les relais routiers».

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
EN DIRECT
Заголовок открываемого материала
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала