Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

La situation «dramatique» en outre-mer est «un avant-goût de ce qui risque de se passer en métropole»

© Photo Pixabay / falcoFort-de-France, Martinique
Fort-de-France, Martinique - Sputnik France, 1920, 30.07.2021
S'abonner
Alors que la Martinique et La Réunion sont de nouveau confinées, la Guadeloupe réinstaure un couvre-feu. Le rebond des contaminations, jugé «dramatique» par l’exécutif, risque de se reproduire en France dans trois semaines, d’après Michel Chassang, généraliste, président du syndicat médical CSMF.

L'impact du variant Delta est désormais visible dans les hôpitaux: la barre des 1.000 patients en réanimation a été franchie jeudi (1.015 actuellement contre 992 mercredi), selon Santé publique France. 7.236 malades du Covid-19 sont hospitalisés, une légère hausse par rapport à la veille (7.208).

«1.000 patients en réanimation. Il faut savoir que les patients en réanimation aujourd’hui sont le reflet de ce qui s’est produit en France il y a trois semaines. Ça veut dire que dans trois semaines avec un taux d’incidence aussi important que nous le connaissons aujourd’hui, nous risquons évidemment d’avoir un afflux aux urgences, et donc en réanimation, qui est beaucoup plus important qu’il ne l’est aujourd’hui», s’est alarmé Michel Chassang, médecin généraliste, président du syndicat CSMF sur BFM TV le 29 juillet.

Récemment Aurélien Rousseau, directeur de l’ARS d'Île-de-France, a également émis des craintes sur «l’arrivée précoce de la vague» en août, en pleine période de pénurie d'effectifs. Même constat sur des «courbes exponentielles» de la part du médecin généraliste Jérôme Marty.

Dégradation épidémique en outre-mer

En outre-mer la situation a été jugée «dramatique» par Jean Castex le 29 juillet.

Face à la flambée des contaminations (3.537 cas contre 2.241 la semaine précédente), la Martinique a imposé un nouveau confinement à partir de 19 heures ce 30 juillet. Selon le communiqué de la préfecture, le CHU local «a atteint un niveau de saturation». Alors qu’uniquement 15,5% des Martiniquais sont entièrement vaccinés, le taux d'incidence s'élève à 1.035 cas pour 100.000 habitants.

​«Tous les lits de réanimation sont actuellement occupés, que ce soit les lits de réanimation Covid ou non Covid», confiait en début de semaine sur BFM TV André Cabié, infectiologue au CHU de Martinique.

La Réunion a également mis en place un confinement partiel dès ce week-end pour une période de deux semaines. Le taux d'incidence y atteint les 306 cas pour 100.000 habitants au 27 juillet, d'après la préfecture.

​En Guadeloupe face «à la dégradation épidémique aiguë», la préfecture a introduit des mesures de freinage, notamment le couvre-feu et des restrictions de déplacement en métropole pour les non-vaccinés. La couverture vaccinale est faible dans l’archipel, avec 21% seulement de la population ayant reçu une première injection. Le taux d’incidence a dépassé le seuil d’alerte et a atteint 284,4 pour 100.000 habitants au 25 juillet.

​«La situation en outre-mer est un avant-goût de ce qui risque de se passer en métropole (…). Beaucoup d’indicateurs sont passés du vert à l’orange», a avancé Michel Chassang.

«Aujourd’hui il y a un certain nombre de signaux, je n’ai pas dit rouges, mais oranges qui montrent que dans trois semaines si nous n’y prenons pas garde, si nous relâchons la pression, nous risquons de nous retrouver, y compris en métropole et pas seulement en outre-mer, dans une situation délicate», a-t-il conclu en qualifiant le reconfinement d’arme de «dernier recours», «archaïque».
Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
EN DIRECT
Заголовок открываемого материала
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала