Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Reprise des combats entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan: à qui la faute?

© Sputnik . Valeri Melnikov / Aller dans la banque de photosMilitaires de l'armée de défense de la république autoproclamée du Haut-Karabakh
Militaires de l'armée de défense de la république autoproclamée du Haut-Karabakh - Sputnik France, 1920, 30.07.2021
S'abonner
Les tensions ont repris de plus belle entre l’Arménie et Azerbaïdjan avec trois soldats arméniens tués, selon Erevan. En marge de négociations sur la démarcation et la délimitation de leur frontière commune, les deux camps se renvoient la responsabilité de ce regain de violence. Regards croisés.

«Étant donné la situation compliquée, je pense que cela a du sens de considérer la question du déploiement de gardes-frontières russes sur toute la longueur de la frontière arméno-azerbaïdjanaise», a déclaré le 29 juillet Nikol Pachinian, Premier ministre arménien, durant une réunion gouvernementale.

​Les soldats de part et d’autre de la frontière entre l’Azerbaïdjan et l’Arménie marchent sur des braises depuis plusieurs jours. Alors que des escarmouches ont régulièrement lieu entre les deux camps depuis la signature du cessez-le-feu le 10 novembre 2020, les combats sont encore montés en intensité ces derniers jours.

Escalade aux frontières

Le 28 juillet, trois soldats arméniens stationnés à la frontière ont ainsi perdu la vie dans ces combats, a annoncé le ministère arménien de la Défense. Les deux camps se rejettent la responsabilité de ce qu’ils qualifient de provocation et profitent du flou actuel autour du statut de la frontière entre les deux pays pour avancer leurs pions.

Militaires azerbaïdjanais au Haut-Karabakh (image d'illustation) - Sputnik France, 1920, 06.07.2021
Un soldat azerbaïdjanais blessé par des tirs dans une zone proche du Haut-Karabakh, selon Bakou

Depuis le mois de mai, Erevan et Bakou négocient sur la mise en œuvre des accords signés en novembre dernier, qui portent notamment sur la délimitation des frontières entre les deux pays. C’est dans ce contexte que le chef d’État arménien, réélu le 21 juin, souhaite voir des forces russes s’interposer entre les deux belligérants afin de «mener à bien les travaux de démarcation et de délimitation sans risque d’affrontements militaires.»

Pour Ara Toranian, journaliste et directeur du magazine Les Nouvelles d’Arménie, la reprise des combats est surtout le fait de la volonté du camp azéri de grappiller de nouveaux territoires.

«Le tandem turco-azerbaïdjanais se sent en position de force après avoir gagné une guerre au rapport de forces totalement inégal. Ils veulent pousser leur avantage», estime-t-il au micro de Sputnik.

Ara Toranian rejoint donc l’avis de Nikol Pachinian sur la nécessité d’une plus grande présence russe afin de pouvoir mener à bien ces négociations. Selon lui, cette présence russe est même une question existentielle pour les Arméniens.

«Si les Azéris n’avancent pas plus, c’est parce que la Russie est présente à l’intérieur de l’Arménie avec des bases. Sans la présence russe, il n’y a plus de Haut-Karabakh et probablement plus d’Arménie.»

Quel intérêt auraient donc les Azéris à provoquer un conflit qu’ils ne peuvent gagner en raison de la présence russe? «Ils sont probablement en train de tester la scène internationale aussi pour voir s’ils n’ont pas de freins les empêchant de grignoter encore un peu plus de terrain à ce niveau-là», répond le journaliste.

Les éléments de pressions du côté de l’Azerbaïdjan peuvent en effet exister, estime Sergueï Markedonov, professeur de l’Institut d’État des relations internationales de Moscou auprès du ministère russe des Affaires étrangères. Dans un entretien à Sputnik, ce dernier attire l’attention sur le fait que l’Arménie a de facto perdu la guerre, ce dont Bakou ne manquerait pas de profiter, forçant ainsi Erevan à ouvrir sur son territoire des corridors entre les deux parties de l’Azerbaïdjan.

«Ils ont toujours cet objectif plus ou moins fantasmé d’établir une jonction géographique entre Nakhitchevan au sud de l’Arménie et l’Azerbaïdjan pour faire le lien avec la Turquie», avance pour sa part Ara Toranian.

Un non-sens, selon Mirvari Fataliyeva, présidente de la Maison d’Azerbaïdjan à Paris et secrétaire générale de l’Association des Amis de l’Azerbaïdjan. Pour elle, la recrudescence de violence entre Arméniens et Azéris est uniquement le fait d’Erevan, et ce pour une raison très simple:

«Les Arméniens font tout pour attirer l’attention de la communauté internationale afin que l’Azerbaïdjan subisse une pression.»

Pour ce faire, Erevan compterait, selon elle, sur ses importants relais au sein de la diaspora arménienne dans le monde. Et le moment est propice: les négociations sont en cours.

Washington et Paris à la manœuvre?

Frontière entre l'Arménie et l'Azerbaïdjan - Sputnik France, 1920, 28.07.2021
L’Arménie et l’Azerbaïdjan ont accepté un nouveau cessez-le-feu proposé par la Russie
Une analyse partagée par des experts interrogés par le journal russe RBC. Ceux-ci vont encore plus loin. Ils lient l’escalade des tensions avec la volonté des pays occidentaux, notamment la France et les USA, de revenir dans le processus de négociations entre belligérants, actuellement pilotées par Moscou. Paris et Washington pourraient redevenir des médiateurs de poids si la situation dégénérait, estime notamment le chercheur Stanislav Pritchine dans son commentaire à RBC. La situation pourrait profiter à Nikol Pachinian qui, en s’assurant de ce soutien occidental, compterait renforcer ses positions dans les pourparlers actuels.

Des négociations qui, au final, n’ont même pas lieu d’être, estime Mirvari Fataliyeva, pour qui «tout a déjà été négocié et signé lors du cessez-le-feu de novembre dernier». «Le dossier est clos», martèle-t-elle.

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
EN DIRECT
Заголовок открываемого материала
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала