Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

L’intrusion de gens du voyage met ce club du foot français dans une «situation catastrophique» - photos

© Photo MemoryCatcherdes camping-car
des camping-car - Sputnik France, 1920, 01.08.2021
S'abonner
Les gens du voyage font de nouveau parler d’eux. Cette fois c’est le club de football US Concarneau qui, quelques jours avant le premier match du championnat, a vu son centre d’entraînement envahi par les caravanes.
Les conflits avec les gens du voyage ne cessent de se reproduire cet été en France. Ainsi, le club de football Union Sportive Concarneau, dans le Finistère, constate que quelques dizaines de caravanes ont forcé le passage et se sont installées sur les terrains de la municipalité, privant toutes les équipes de la possibilité de s’entraîner.
«Cette intrusion nous met dans une situation catastrophique à une semaine de la reprise du championnat», déplore le président du club Jacques Piriou dans un communiqué publié le 31 juillet.
D’après lui, Marc Bigot, maire de la ville et ses services «ont tenté d’arrêter sans succès cette violation de propriété».
De son côté, Gino, l’un des pasteurs de la communauté a indiqué à Ouest-France que le maire «a été très compréhensif». Il a précisé que les caravanes doivent quitter le terrain le 8 août pour aller vers Saint-Malo, ce qui ne rassure pas le président du club car le premier match doit avoir lieu le 6 août.

10.000 euros de dégâts

Fin juillet une situation similaire a eu lieu à Krautergersheim (Bas-Rhin) où un peu plus d’une centaine de caravanes ont occupé le terrain de football du club local.
​Auprès de France Bleu, Delphine Bahloul, la vice-présidente dudit club, a évalué les dégâts à 10.000 euros car le terrain était, selon elle, complètement labouré par les pneus. Les gens du voyage ont pourtant proposé de verser 4.000 euros.
D’ailleurs, le maire de la commune, René Hoelt, n’est pas en colère contre les gens du voyage mais contre «le système administratif qui ne fait pas bien son travail». D’après lui, «il n’y a pas assez d’aires d’accueil» et celles existantes sont soit trop petites, soit infestées de moustiques et inondées.
L’arrivée de 1.000 caravanes dans le Morbihan a donné lieu à des tensions avec les autorités locales. Le préfet du Morbihan Joël Mathurin a signalé à Actu que le département n’était prêt qu’à en accueillir que 600 comme les années précédentes. Il a pris un arrêté pour mettre en demeure les propriétaires des 400 autres qui doivent quitter le département avant le 1er août
Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
EN DIRECT
Заголовок открываемого материала
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала