Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Empoisonnement présumé de Navalny: les services secrets russes connaissent «une partie de la vérité»

© Sputnik . Alexandre Kriajev / Aller dans la banque de photosL'hôpital des soins d'urgence N°1 d'Omsk
L'hôpital des soins d'urgence N°1 d'Omsk - Sputnik France, 1920, 02.08.2021
S'abonner
Malgré de nombreuses incohérences dans le dossier sur l’empoisonnement présumé d’Alexeï Navalny en 2020, le Service russe de renseignement extérieur a en parti établi ce qui est arrivé à cet opposant russe, selon son responsable, Sergueï Narychkine.
Le Service russe de renseignement extérieur (SVR) a appris «une partie de la vérité» sur la tentative d’empoisonnement présumée de l’opposant russe Alexeï Navalny en 2020, a annoncé Sergueï Narychkine, directeur du SVR, dans une interview à une chaîne YouTube dont les images ont été diffusées sur la chaîne de télévision Rossia 1.
«Nous connaissons une partie de la vérité […], des informations sur ce "patient de Berlin" […]. Un an avant [son empoisonnement présumé, ndlr], nous avons reçu des informations dignes de foi sur une réunion tenue dans un pays européen avec la participation de services spéciaux, d’ONG et de divers organismes gouvernementaux. Ses participants se sont penchés sur les moyens de soutenir le mouvement de protestation en déclin en Russie et ont évoqué la nécessité de martyrs», a indiqué M.Narychkine.
En parlant de sacrifice, les interlocuteurs avaient en vue «une victime d’un assassinat provocateur dont le décès devrait avoir un grand retentissement et déstabiliser la situation dans le pays».
«Cette victime devrait être un chef du mouvement de protestation. Je ne veux rien dire, mais on voit une certaine ressemblance», a-t-il noté.
De tels assassinats ont plusieurs fois servi à déclencher des «révolutions de couleur» dans différents pays ces dernières années, a rappelé M.Narychkine.

Des marqueurs d’empoisonnement ajoutés hors du territoire russe?

Selon lui, à présent, il est difficile de dire si M.Navalny «a vraiment été empoisonné plus tard, après qu’il a pris l’avion», d'autant plus que le dossier sur cet empoisonnement présumé est «plein d'incohérences».
«Mais si des marqueurs ont effectivement été découverts, alors une hypothèse plus réaliste serait que certaines substances ont été ajoutées dans son matériel biologique et que cela a été fait hors du territoire russe».
Cela ressort «des conclusions des médecins et d’autres spécialistes russes qui ont examiné M.Navalny alors qu’il se trouvait en Russie, ainsi que de la logique des événements qui ont suivi», a noté le directeur du SVR.

Malaise ou empoisonnement présumé?

Le 20 août 2020, l’avion de ligne qui transportait le créateur du Fonds russe de lutte contre la corruption (FBK), Alexeï Navalny, de Tomsk à Moscou a dû se poser en urgence à Omsk après que l’opposant a fait un malaise.
Celui-ci a été hospitalisé en soins intensifs à l’hôpital N°1. Les médecins n’ont pas trouvé de traces de toxines dans le sang ni dans l’urine de leur patient, mais ont constaté un trouble métabolique qui a provoqué une forte baisse de sa glycémie. Deux jours plus tard, les soignants, qui avaient d’abord jugé que M.Navalny n’était pas transportable, ont autorisé son transfert en Allemagne.
Après l’arrivée d’Alexeï Navalny à l’hôpital universitaire de la Charité de Berlin, le gouvernement allemand a affirmé que le Russe avait été empoisonné par un agent toxique du groupe Novitchok. Selon Berlin, des laboratoires suédois et français ont confirmé la conclusion des experts allemands.
En un mois, la Russie a envoyé trois demandes officielles d’informations sur l’enquête menée en Allemagne à ce sujet, sans recevoir de réponse. Dans le même temps, les autorités allemandes n’ont pas nié avoir accès aux substances de type Novitchok depuis les années 1990.
Le Service fédéral russe de sécurité (FSB) a qualifié cette affaire de provocation. En juin, Vladimir Poutine a déclaré à la chaîne de télévision américaine NBC que les autorités russes ne recouraient pas aux assassinats et n’avaient pas peur de l’opposition.
L’UE a adopté des sanctions contre la Russie en lien avec la situation autour d’Alexeï Navalny, poussant Moscou à prendre des mesures de rétorsion contre certains représentants de l’Allemagne et de la France.
Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
EN DIRECT
Заголовок открываемого материала
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала