«J’ai un rendez-vous avec le Kremlin», ironise Philippot au sujet de ceux qui le financent – vidéo

© AFP 2022 OLIVIER CHASSIGNOLEFlorian Philippot
Florian Philippot - Sputnik France, 1920, 02.08.2021
Florian Philippot, l’une des figures principales du mouvement anti-pass sanitaire, a réagi sur Facebook à l’apparition du hashtag #QuiFinancePhilippot. La question avait également été posée par le député de la majorité Bruno Questel.
Ce lundi 2 août, l’un des hashtags les plus populaires sur Twitter est #QuiFinancePhilippot, partagé plus de 10.000 fois. Les interrogations se multiplient en effet sur ce personnage emblématique du mouvement anti-pass sanitaire. Le président du modeste parti politique Les Patriotes (0,65% des voix aux élections européennes en 2019) y a répondu dans une vidéo diffusée en direct Facebook.
Florian Philippot affirme que la tendance a été lancée par des sympathisants d’Emmanuel Macron. Dimanche, sans utiliser de mot-dièse, le député de la majorité Bruno Questel cherchait à savoir «qui finance ce personnage», «qui a intérêt à le laisser déployer ses énormités» et «jusqu’où». Des questions qui relèvent du «complotisme autorisé», pour M.Philippot.
«C’est Trump», «C’est Poutine», «J’ai un rendez-vous avec le Kremlin», s’amuse l’ancien eurodéputé, répondant à ceux qui «voient la main de la Russie partout». Il affirme ensuite que l’organisation de ces rassemblements est financée par «les adhérents et les donateurs des Patriotes». «Nous n’avons aucun financement de l’État ni de soutien bancaire», précise-t-il sur sa chaîne YouTube, dont il assure ne tirer aucun profit et qui compte plus de 230.000 abonnés.

Popularité croissante

L’ex-numéro deux du Front national est particulièrement présent dans les médias, devenu un porte-parole des anti-pass sanitaire qui se sont rassemblés pour le 3e samedi consécutif. Il se targue d’être présent, avec Les Patriotes, dans des manifestations depuis 37 semaines, jusqu’à celle du 31 juillet, qui a rassemblé 200.000 personnes en France selon le ministère de l’Intérieur, «des millions» selon lui. Une nouvelle mobilisation est prévue le 7 août, qu’il promet «encore plus forte» en cas de validation de l’extension du pass sanitaire par le Conseil constitutionnel ce jeudi.

«Opération de survie»

Jean-Yves Camus, directeur de l’Observatoire des radicalités pour la Fondation Jean-Jaurès, estime dans Le Parisien que ce mouvement est une «opération de survie» pour M.Philippot. En juin, son résultat aux élections régionales ne lui a pas permis d’être réélu au conseil du Grand Est, son dernier mandat actif. Il est désormais entièrement tourné vers son mouvement souverainiste, pro-Frexit, revendiquant 20.000 adhérents en mai dernier contre 2.000 en janvier 2020.
Pourtant, après qu’Emmanuel Macron a annoncé l’extension du pass sanitaire, Florian Philippot a annoncé être candidat à l’élection présidentielle. Selon M.Camus, le fait de s’être imposé à la tête de la mouvance anti-pass sanitaire pourrait potentiellement lui permettre d’obtenir les 500 signatures d’élus nécessaires pour valider sa candidature, notamment auprès des petits maires.
Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала