Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

«Vous votez avec vos mains, on va vous trancher vos mains»: une députée ayant voté pour le pass sanitaire menacée

© Sputnik . Dominique Boutin / Aller dans la banque de photosAssemblée nationale
Assemblée nationale - Sputnik France, 1920, 02.08.2021
S'abonner
La députée MoDem Pascale Fontenel-Personne a reçu, à l’instar d’autres élus, des menaces de mort liées au récent vote de l’Assemblée nationale en faveur de la loi sur le pass sanitaire. Elle affirme auprès du Maine libre avoir porté plainte.
L’élue MoDem (Mouvement démocrate) de la Sarthe Pascale Fontenel-Personne a reçu de multiples menaces de mort sous forme de courriels et de lettres depuis son vote à l’Assemblée nationale en faveur de l’extension du pass sanitaire, dont l’application est prévue le 9 août en cas de validation par le Conseil constitutionnel. L’élue a indiqué auprès du média local Le Maine libre qu’elle a porté plainte.
Elle accuse «une toute petite minorité de citoyens qui ne veulent pas respecter les règles», dénonçant la radicalisation de «gens qui prônent l’anarchie».
Parmi les menaces, elle énonce notamment des messages tels que «prénom: vous allez. Nom: mourir» accompagnés de photos d’armes, ou encore «vous votez avec vos mains, on va vous trancher vos mains». Des enquêtes sont menées par les services de l’Assemblée pour retrouver les auteurs.
Le pass sanitaire est «fait pour que les personnes vaccinées qui contribuent à affaiblir le virus puissent vivre librement», insiste-t-elle auprès de France 3 Pays de la Loire, «il faut être solidaires, c'est un peu facile de rester chez soi, confiné et payé par la solidarité nationale». Elle avait déjà reçu des insultes anonymes après son vote sur le CETA (l’accord économique et commercial entre l’UE et le Canada), la PMA (procréation médicalement assistée), et certaines mesures liées à la crise sanitaire.

Élus menacés

Mme Pascale Fontenel-Personne n’est pas la seule élue à avoir reçu de telles menaces ces dernières semaines. Le 14 juillet, la députée LREM (La République en marche) Patricia Mirallès a été menacée de mort par arme à feu pour ses prises de position. «Dites aux autres députés de bien voter car à partir de maintenant, c’est des vraies balles que vous allez vous prendre», indiquait le courriel. Elle a porté plainte le lendemain.
Toujours mi-juillet, la permanence du député LREM des Yvelines Didier Baichère a été vandalisée. Dans un même temps, l’élu a reçu de nombreux courriels d’insultes et des messages dressant un parallèle entre la France et l’Allemagne nazie. «Depuis la fin des Gilets jaunes, on n’avait pas eu un tel niveau d’agressivité dans les e-mails qu’on reçoit, et d’invectives et d’atteintes personnelles des élus», s’est-il inquiété sur LCI.
Les noms de 382 élus ont été inscrits sur de fausses guillotines dans plusieurs communes des Landes, et ce après avoir signé une tribune pour saluer les mesures sanitaires annoncées le 12 juillet par Emmanuel Macron. Une plainte avait été déposée par la maire de Hagetmau. L’homme à l’origine de cette tentative d’intimidation a été arrêté jeudi 30 juillet.
Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
EN DIRECT
Заголовок открываемого материала
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала