Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Zaranj, première capitale provinciale afghane à tomber aux mains des talibans depuis mai

© REUTERS / Omar SobhaniDes soldats afghans (archive photo)
Des soldats afghans (archive photo) - Sputnik France, 1920, 06.08.2021
S'abonner
Les talibans* se sont emparés vendredi de la ville de Zaranj, dans le sud-ouest de l'Afghanistan, à la frontière avec l'Iran, première capitale provinciale à tomber entre leurs mains depuis le début de leur offensive en mai, a annoncé une responsable locale.
«Oui, je peux confirmer qu'aujourd'hui [vendredi] à midi, la ville de Zaranj, capitale de la province de Nimroz, est tombée aux mains des talibans*. Ils ont pris le contrôle du bureau du gouverneur, du quartier général de la police et de la prison», a déclaré à l'AFP Roh Gul Khairzad, la gouverneure adjointe de la province.
«Il n'y a pas de responsables sécuritaires là-bas et les talibans* ont pris la ville sans aucune résistance [...] La ville était menacée depuis longtemps, mais personne au gouvernement central ne nous a écoutés», a-t-elle déploré.
Un membre du Conseil provincial de Nimroz a confirmé à l'AFP, sous couvert d'anonymat, que les talibans* avaient pris Zaranj sans rencontrer «la moindre résistance».
Isolée dans le coin sud-ouest de l'Afghanistan, Nimroz est restée pendant des années plutôt calme, avant d'être à son tour frappée par les violences touchant la province voisine du Helmand.

Percée symbolique

Petite ville située à la frontière avec l'Iran, Zaranj vaut surtout pour son importance économique et sa prise permet aux insurgés de contrôler une autre partie des frontières afghanes.
Les talibans* avaient déjà mis la main sur plusieurs postes-frontières clés, avec l'Iran, le Tadjikistan, le Turkménistan et le Pakistan, qui sont une source vitale de revenus, tirés des droits de douane, pour ce pays enclavé.
C'est aussi une victoire très symbolique pour eux, qui pourrait avoir un effet psychologique dévastateur pour l'armée afghane, minée depuis longtemps par la corruption, un commandement peu compétent et des pertes importantes, et dont le moral est au plus bas.
Les talibans* se sont emparés ces trois derniers mois de vastes territoires ruraux lors d'une offensive éclair lancée à la faveur du retrait des forces internationales, qui doit être achevé d'ici le 31 août.
Après avoir rencontré une faible résistance dans les campagnes, ils dirigent depuis quelques jours leurs offensives sur les grandes villes, encerclant plusieurs capitales provinciales, où des combats meurtriers les opposent à l'armée.
L'émissaire de l'Onu en Afghanistan a appelé ce vendredi les talibans* à «cesser» les «attaques contre les villes», demandant au Conseil de sécurité de leur lancer un avertissement «sans ambiguïté».
*Organisation interdite en Russie.
Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
EN DIRECT
Заголовок открываемого материала
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала