Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Des anti-pass sanitaires chantent de nouveau «les p*tes à Macron» face à des policiers à Paris – vidéo

© SputnikDes manifestant anti-pass sannitaire devant l'Hôtel de Ville à Paris le 7 août 2021
Des manifestant anti-pass sannitaire devant l'Hôtel de Ville à Paris le 7 août 2021 - Sputnik France, 1920, 08.08.2021
S'abonner
La colère ne s'est pas apaisée durant le quatrième samedi de mobilisation contre le pass sanitaire. À Paris cela a donné lieu à des insultes contre les forces de l’ordre qui, à en juger par une vidéo, ne faisaient pourtant rien.
Tout comme les samedis précédents les policiers de Paris ont été insultés gratuitement par des manifestants participant le 7 août à la mobilisation contre l’extension du pass sanitaire. Ainsi, une vidéo réalisée par un reporteur de RT France près de l’Hôtel de Ville montre un groupe leur lancer des insultes. 
​Il est possible d’entendre notamment les phrases «cassez-vous» ou «bande de sal*pes». À un moment les manifestants se mettent à scander «les p*tes à Macron». Face à ses mots, les policiers n’ont pourtant manifesté aucune réaction.
D’après Le Monde, cette dernière insulte avait déjà été entendue lors d’une mobilisation du 24 juillet à Paris. Le 31 juillet, écrit l’AFP, les manifestants traitaient de la même manière les policiers disposés sur les marches de l’Opéra. Certains scandaient alors «tout le monde déteste la police».

La mobilisation prend de l’ampleur

Le nombre de manifestants a atteint en France plus de 237.000 personnes par rapport aux samedis 31 et 24 juillet qui en ont réuni respectivement 200.000 et 160.000.
À l’heure actuelle, l’Intérieur fait état de 35 interpellations et de sept membres des forces de l’ordre blessés hier. À Paris, comme l’a constaté le journaliste Clément Lanot, les forces de l'ordre ont dû user de gaz lacrymogènes contre des manifestants ayant jeté des projectiles.
​La mobilisation du 31 juillet a donné lieu à 72 interpellations dans toute la France dont 26 ont eu lieu à Paris, où trois policiers ont également été blessés. 

Prison avec sursis

Les violences à l’encontre des policiers ne restent pas sans conséquences. Ainsi, le 2 août le tribunal correctionnel de Paris a condamné à des peines de prison avec sursis deux hommes ayant participé à la mobilisation du 31 juillet.
Le premier, âgé de 20 ans, est soupçonné d'avoir, «visage dissimulé», jeté des projectiles sur les gendarmes lors de la dispersion du cortège près de la place de la Bastille. Il a écopé d’un mois de prison avec sursis et de 400 euros de dommages et intérêts pour les deux fonctionnaires.
L’autre, un agent municipal de 46 ans, a été accusé d’avoir insulté un policier, de lui avoir donné un coup de pied et de s'être débattu lors de son menottage. Il s'est excusé auprès de l’agent qui assistait à l'audience, mais a été condamné à trois mois de prison avec sursis et 300 euros de dommages et intérêts, rapporte France Bleu.
Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
EN DIRECT
Заголовок открываемого материала
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала