Meurtre d’un prêtre en Vendée: Darmanin explique pourquoi le suspect n’était pas expulsable

© AFP 2022 LUDOVIC MARINDans un courrier transmis ce 7 septembre aux préfets, Gérald Darmanin en appelle à la «vigilance dans le cadre de l’ouverture du procès des attentats» tant vis-à-vis de la «menace endogène qu’exogène». «La menace terroriste est très forte», prévient le ministre de l’Intérieur.
Dans un courrier transmis ce 7 septembre aux préfets, Gérald Darmanin en appelle à la «vigilance dans le cadre de l’ouverture du procès des attentats» tant vis-à-vis de la «menace endogène qu’exogène». «La menace terroriste est très forte», prévient le ministre de l’Intérieur. - Sputnik France, 1920, 09.08.2021
Le ministre de l’Intérieur s’est rendu en Vendée, après l’assassinat du Père Olivier Maire par un clandestin rwandais. Gérald Darmanin a fustigé les criminels s’en prenant aux hommes d’Église et a précisé pourquoi le meurtrier ne pouvait pas être expulsé du territoire.
Deux semaines après avoir rendu un hommage au père Hamel, égorgé en 2016 dans son église par des terroristes islamistes, Gérald Darmanin a dû faire face à un cas similaire ce 9 août. Un autre homme d’Église, le père Olivier Maire, supérieur des frères missionnaires montfortains, a en effet été assassiné en Vendée, par un clandestin rwandais.
Le ministre de l’Intérieur s’est rendu sur place pour apporter son soutien aux catholiques et à l’ordre religieux. Il a souligné l’importance de la chrétienté dans l’histoire et la culture française.
«Je souhaite présenter mes condoléance à la congrégation […] Leur dire en tant que ministre chargé des cultes, à quelques jours d’une grande fête catholique, que nous pensons à eux et que s’en prendre à un prêtre, à un homme d’Église c’est s’en prendre à l’âme de la France», a ainsi déclaré Gérald Darmanin.
Le ministre de l’Intérieur avait d’ailleurs utilisé des éléments de langage similaires dans son hommage au père Hamel le 26 juillet. Il avait déclaré que les terroristes islamistes s’en prenaient aux «symboles qui font l’Occident et font la France», que ce soit en assassinant des jeunes gens aux terrasses des cafés ou en décapitant un prêtre dans son église. Gérald Darmanin avait là encore parlé d’atteinte à l’«âme de la France».

Pas expulsable

Le ministre de l’Intérieur est par la suite revenu sur le profil de l’assassin du père Olivier Maire. Celui-ci, qui s’est livré à la police, est également soupçonné d’avoir mis le feu à la cathédrale de Nantes en juillet 2020. Sous le coup d’un arrêté d’expulsion, il n’a cependant pas pu être renvoyé, en raison de son contrôle judiciaire.
«Nous ne pouvions pas exécuter la décision d'expulsion du territoire national de cette personne puisqu'elle a été pendant plusieurs mois en prison puis libérée sous contrôle judiciaire. Ce contrôle judiciaire stipulait explicitement qu'il ne pouvait pas quitter le territoire en attendant la décision de justice», a expliqué le ministre en déplacement.
Gérald Darmanin a néanmoins admis que le meurtrier avait déjà fait l’objet de plusieurs autres obligations de quitter le territoire, notamment en décembre 2016 et avril 2017. Lesquelles avaient finalement été annulées par le tribunal administratif de Nantes. Le ministre a ajouté que «le moment n’était pas à la polémique», mais au recueillement.
De nombreuses voix ont néanmoins commencé à s’élever, pour critiquer ce maintien sur le sol français du pyromane de Nantes. Sur Twitter, Marine Le Pen a ainsi fustigé une «faillite complète» de l’État, dans la gestion des expulsions de clandestins.
Le député Éric Ciotti a pour sa part proposé que tout clandestin violant la loi soit immédiatement expulsé. Il s’est désolé qu’une telle mesure n’ait jamais été adoptée, critiquant le «laxisme» des autorités. 
Le père Olivier Maire a été retrouvé mort au sein de sa communauté de Saint-Laurent-sur-Sèvre. Le suspect du meurtre avait été hébergé par les religieux. Il avait déjà été mis en examen pour l’incendie de la cathédrale de Nantes, advenu en juillet 2020. Il avait été remis en liberté sous contrôle judiciaire.
Le supérieur des frères missionnaires montfortains a péri sous les coups, rapporte France 3. Une enquête pour homicide volontaire a été ouverte. Le mobile terroriste semble être exclu.
Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала