Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

«Double rêve»: le premier astronaute tunisien sera une femme, qui s’envolera avec l’aide de la Russie – exclusif

L'espace  - Sputnik France, 1920, 14.08.2021
S'abonner
Le rêve spatial tunisien se concrétise. Après l’envoi de son premier satellite en mars, la Tunisie signe un contrat avec la Russie pour envoyer dans l’espace son premier astronaute, une femme. Entretien exclusif avec Mohamed Frikha, directeur général du constructeur tunisien de satellites Telnet, et Tarek Ben Salem, ambassadeur de Tunisie à Moscou.
Après le lancement en mars dernier de son premier satellite 100% tunisien vers l’ISS à l’aide de la navette russe Soyouz, le pays du Jasmin intensifie son ambition spatiale, et ce, toujours dans le cadre de son partenariat avec Moscou. Ce 13 août, la Tunisie s’est rapprochée un peu plus de la réalisation de son rêve spatial: envoyer dans l’espace son premier astronaute, une Tunisienne. C’est un accord conclu ce vendredi à Moscou entre ce pays du Maghreb et l'agence spatiale russe Roscosmos qui donne à cet objectif des contours précis. Dans une interview à Sputnik, Mohamed Frikha, directeur général du constructeur tunisien de satellites Telnet Holding, et Tarek Ben Salem, ambassadeur tunisien à Moscou, font part de leur espoir de voir dans l’espace l’astronaute tunisienne à la fin de 2022.
Sputnik: Pourquoi avoir choisi le programme russe?
Mohamed Frikha, directeur général de Telnet: Les relations avec la Russie ont commencé il y a deux ans avec l’envoi du premier satellite tunisien, Challenge One. On l’a envoyé avec la navette spatiale Soyouz 2. Ce choix a été fait, car l’on voit que cette navette a un très bon taux de réussite avec des conditions d’envoi très avantageuses. Cela a été le point de départ de nos relations avec l’agence spatiale russe. L’accord signé aujourd’hui [13 août, ndlr] pour envoyer une astronaute tunisienne vers la Station spatiale internationale (ISS) n’en est que la continuité. Cet accord a été signé par moi-même et par monsieur Dmitri Rogozine, directeur général de Roscosmos et représentant spécial du Président Poutine pour l’espace. Le Président tunisien Kaïs Saïed est intervenu par visioconférence depuis le palais présidentiel de Carthage, en Tunisie.
Sputnik: Après avoir envoyé un premier satellite, la Tunisie enverra donc un premier cosmonaute dans l’espace. Au-delà du développement du domaine spatial, l’objectif n’est-il pas aussi de faire rêver les jeunes Tunisiens, en leur faisant ressentir que leur pays participe désormais lui aussi à la course à l’espace?
Mohamed Frikha: Tout à fait. La Tunisie veut être une plateforme pour l’espace en Afrique et dans le monde arabe. En tant que Tunisiens, nous voulons participer avec l’ensemble des Terriens aux recherches spatiales. C’est important. Ça donne de l’espoir aux jeunes, ça donne aussi un esprit de responsabilité. Parce que la Tunisie, même en tant que petit pays, sans richesses naturelles, est pleine de compétences et de matière grise. Nous sommes capables de participer aux découvertes touchant à l’espace, qui concernent toute l’humanité, avec les pays développés comme la Russie, les USA, l’Europe, le Japon et tous les pays qui participent à la Station spatiale internationale.
Tarek Ben Salem, ambassadeur tunisien à Moscou: Nous sommes aujourd’hui le 13 août. Cette date marque la fête de la femme tunisienne. La femme tunisienne a eu un statut particulier dans le monde arabe dès le 13 août 1956. C’est une date symbolique. C’est une mise en exergue du rôle joué par la femme dans la société tunisienne. Il y a donc deux rêves liés dans cet accord. Le premier c’est évidemment d’envoyer un astronaute tunisien. Le deuxième est que cet astronaute soit une femme. C’est pour honorer la femme tunisienne que cette proposition est venue directement du Président de la République après la réussite de l’envoi du premier satellite Challenge One tunisien, totalement fabriqué par les ingénieurs locaux. Cette réussite a donné cette idée au Président de la République pour qu’on aille de l’avant, pour qu’on réalise ce rêve, qui est aujourd’hui la formation par la Russie et par Roscosmos de la première astronaute tunisienne. Nous espérons tous que ce double rêve se concrétise et se réalise dans les meilleures conditions possibles, selon une feuille de route que monsieur Mohamed Frikha aura le soin de préparer avec Roscosmos.
Sputnik: Avez-vous déjà des détails sur les délais de formation et d’envoi de ce premier astronaute?
Mohamed Frikha: L’accord ayant été signé aujourd’hui, des réunions se tiendront dès lundi pour définir la feuille de route. Nous devrions d’ici la fin d’année définir les critères de sélection, recevoir les candidatures et choisir un groupe de candidats potentiels. Ce groupe sera formé, suivra les entraînements et la formation nécessaires, jusqu’à minima le premier semestre 2022. Nous choisirons ensuite deux jeunes femmes, une principale et une adjointe. La mission doit se concrétiser vers la fin de l’année 2022 ou en 2023.
Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
EN DIRECT
Заголовок открываемого материала
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала