Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Lors d’une dispute, il attrape son chien et le jette par la fenêtre

Un chien - Sputnik France, 1920, 16.08.2021
S'abonner
Un animal de compagnie a été tué par son maître à Menton. Pris de rage pendant une dispute avec sa femme dans la nuit de vendredi à samedi, il a jeté son chien du quatrième étage.
Les forces de l’ordre ont été alertées dans la nuit du 13 au 14 août à Menton (Alpes-Maritimes) pour des bruits de dispute et des cris dans un immeuble. Un homme était en train de se disputer avec sa compagne, relate Nice-Matin.
Pris de rage, l’homme, alcoolisé selon des témoins, a saisi son chien avant de le jeter par la fenêtre du haut du quatrième étage. Cette chute lui a coûté la vie.
La police est bientôt arrivée sur les lieux, l'homme a été interpellé. Il comparaîtra devant la justice sous peu.

Un délit

Il est interdit en France d'exercer de mauvais traitements envers les animaux, qu’ils soient domestiques ou sauvages, apprivoisés ou tenus en captivité. Des sanctions pénales sont prévues en cas de mauvais traitements, de sévices graves et d'atteintes à la vie ou à l'intégrité de l'animal.
Le Code pénal punit, suivant l'article 521-1, toute personne commettant un acte de cruauté ou de maltraitance sur un animal d'une peine de prison pouvant aller jusqu'à deux ans d'emprisonnement et d'une amende de 30.000 euros.

Des chiffres en hausse

Selon une note dévoilée par la Gendarmerie nationale au Parisien en juin 2020, au moins 9.504 infractions liées à des actes de cruauté et de mauvais traitements envers les animaux, principalement domestiques, ont été enregistrées en 2018. Il s'agit notamment de «sévices graves» et de «privations de nourriture, d'abreuvement ou de soins».
Le nombre de personnes mises en cause et condamnées pour abandon ou maltraitance d'un animal domestique augmente depuis plusieurs années, selon un rapport de l'Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales (ONDRP) publié en juillet 2020. D’après ses informations, 4.401 personnes ont été mises en cause pour ces actes entre 2016 et 2018, avec une hausse de 29% sur cette période.
Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
EN DIRECT
Заголовок открываемого материала
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала