Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Une dispute de pro et anti-vaccins finit en morsures et coups de casserole

Poing  - Sputnik France, 1920, 17.08.2021
S'abonner
Il arrive que les discussions sur les vaccins prennent de l’ampleur et mènent à des conflits physiques. Une dispute entre deux colocataires, dont un était pour et l’autre contre le vaccin anti-Covid-19, a ainsi dégénéré vendredi dans le Morbihan. Les deux hommes en sont venus aux mains… et aux dents, coups de casserole inclus.
La question de la vaccination contre le nouveau coronavirus fait l’objet de crispations croissantes et gagne même les foyers. Ainsi, un débat entre pro et anti-vaccins a dégénéré le 13 août à Vannes (Morbihan) entre deux colocataires, relate Ouest-France.
Importunés par leur violente dispute, leurs voisins ont alerté la police, dans l’après-midi. Arrivés dans leur appartement du centre-ville, les fonctionnaires ont établi que la querelle provoquée par cette divergence d’opinions a eu pour résultat la fuite de l’un des participants, hébergé par un voisin.
D’après les premiers éléments de l’enquête, l’un des deux hommes, pris de rage, a frappé son coloc avec une casserole. Celui-ci a répondu en le mordant à un bras et à une jambe et en le griffant.

Le débat

Alors que le nombre de personnes hospitalisées en France en raison du Covid-19 a de nouveau dépassé lundi les 10.000 (+353 hospitalisations en 24 heures), pour la première fois depuis le 22 juin, selon le ministère de la Santé, les débats sur la nécessité de la vaccination ne faiblissent pas.
Certains jeunes préfèrent même être atteints du coronavirus plutôt que de se faire vacciner, rapportait Le Figaro fin juillet.Ils pensent que leur bonne santé permettra d’éviter une forme grave de la maladie.

Des protestations massives

Les rassemblements contre la vaccination obligatoire pour certaines professions ont réuni de plus en plus de personnes chaque samedi dans l’Hexagone, avec plus de 237.000 personnes battant le pavé le 7 août, bien que leur nombre ait un peu diminué le 14 août, cinquième jour de manifestation nationale contre le pass sanitaire (215.000 manifestants à travers la France).
Selon un récent sondage Ifop pour le JDD, un tiers des Français soutiennent inlassablement le mouvement anti-pass. En revanche, les opposants aux anti-pass représentent 50% de la population.
En dépit des protestations, l’Élysée et Matignon maintiennent l’objectif des 50 millions de vaccinés vers la fin du mois d’août, vu la situation en Martinique et en Guadeloupe où, sur fond de sous-vaccination, les habitants sont durement touchés par le variant Delta du Covid-19, très contagieux.
Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
EN DIRECT
Заголовок открываемого материала
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала