Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

«S’attaquer à Raoult, c’est s’attaquer à la France!»: des manifestants anti-pass montrent leur soutien au professeur

© AP Photo / Daniel ColeDidier Raoult
Didier Raoult - Sputnik France, 1920, 22.08.2021
S'abonner
«Touche pas à Didier Raoult!», «Raoult! Raoult! Raoult!». Lors des manifestations anti-pass à Paris et à Marseille de nombreux participants ont souhaité apporter leur soutien au professeur en passe de ne pas être reconduit à la tête de l’IHU de Marseille.
Pour le sixième week-end consécutif les Français sont descendus dans les rues pour protester contre l’extension du pass sanitaire. Mais le 21 août se sont ajoutés aux différents slogans réclamant plus de liberté ceux en soutien au professeur Didier Raoult après que le 18 août Le Monde a révélé que l’Assistance publique-Hôpitaux de Marseille (AP-HM) et Aix-Marseille Université (AMU) voulaient mettre en retraite celui qui était à la tête de l’IHU Méditerranée Infection à Marseille.
À Paris et à Marseille, où il exerce depuis des années, des milliers de manifestants lui ont accordé leur soutien.
Dans la capitale, qui comptait 14.700 manifestants réunis en quatre cortèges distincts, Florian Philippot, le chef des Patriotes, s’est personnellement présenté pour mettre en valeur celui qui «dérange les corrompus, les sots et les prétentieux» et qui «sert la vérité et le peuple de France».
​«S’attaquer à Raoult, c’est s’attaquer à la France!», «Ils veulent honteusement l'évincer!», lançait-il notamment, alors que des pancartes «Touche pas à Raoult» étaient brandies parmi les drapeaux français.
​Au micro de BFM TV, Florian Philippot, a trouvé cette éviction «honteuse», estimant qu’on veut mettre des «médiocres, de l’environnement qui entoure Monsieur Macron, des gens serviles» à la place des «vrais qui savent, des vrais qui travaillent depuis 40 ans sur le sujet».
«C’est quoi son péché mortel? C’est d’avoir soigné les gens, c’est d’avoir dépisté avant les autres, c’est d’avoir dit avant les autres qu’il y avait des variants, c’est d’avoir dénoncé les conflits d’intérêt et la corruption? C’est ça, son péché mortel? Sûrement», indique-t-il, cité par BFM TV.
À Marseille, de nombreux manifestants se sont rendus devant l’institut hospitalo-universitaire en maladies infectieuses pour scander le nom de Didier Raoult et chanter la Marseillaise.

​Le silence de ses soutiens politiques

Si plusieurs manifestants ainsi que des élus locaux, comme le sénateur Stéphane Ravier (RN) et le conseiller départemental (LR) Yves Moraine, accordent leur soutien au professeur, certaines personnalités politiques qui l’avaient approuvé auparavant se montrent réticentes quant à l’annonce de sa mise en retraite. C’est notamment le cas Renaud Muselier, qui avait fait son éloge et l’avait invité à fêter son élection à la tête du Conseil régional de Provence-Alpes-Côte d'Azur, comme le rappelle La Provence.
Philippe Douste-Blazy, l'ancien ministre à qui le professeur Raoult avait fait l'honneur d'une préface dans son livre sur la crise du Covid-19, reste aussi dans l’ombre.
Christian Estrosi, qui appelait dans une interview accordée le 23 mars au Point à «faire confiance au professeur Raoult», n’a pas non plus exprimé son soutien.
Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
EN DIRECT
Заголовок открываемого материала
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала