Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

«Un projet qui a du sens»: une association envoie des jeunes restaurer une église du XIIe siècle

© Photo Arcade - Amaury GomartLe chantier de l'église de Saint-Alban (Ain)
Le chantier de l'église de Saint-Alban (Ain) - Sputnik France, 1920, 23.08.2021
S'abonner
Plusieurs jeunes se sont engagés auprès de l’association Arcade pour restaurer une église du XIIe siècle à Saint-Alban, dans l’Ain, tout en tissant des liens avec les habitants. Son président Amaury Gomart livre à Sputnik des retours sur cette expérience.
L’église romane du village de Saint-Alban (Ain), construite au XIIe siècle mais abandonnée et tombée en ruine au cours du XXe, a suscité l’intérêt de l’association parisienne Arcade, laquelle envoie des jeunes de 18 à 30 ans depuis deux étés pour restaurer des pans du patrimoine français. Une petite dizaine d’entre eux ont participé aux travaux jusqu’à ce 23 août, tout en créant des liens avec les habitants.
«Il y a eu de belles rencontres, de beaux moments d’échanges, de travail ensemble, et une ambiance très festive dans le village avec les habitants le soir», décrit à Sputnik Amaury Gomart, président de l’association qu’il a cofondée en 2019. «On a eu aussi un très bon retour des habitants», précise-t-il.
Les volontaires étaient logés dans la salle des fêtes mise à disposition par la mairie, indique Le Figaro. Ils y ont aidé l’association des Amis de Saint-Alban, laquelle entreprend, depuis 2009, des chantiers réguliers pour restaurer les lieux. La matinée était consacrée aux travaux, notamment le déblaiement du site en vue de le reconstruire, et le reste de la journée à diverses activités dans la région.
© Photo Arcade - Amaury GomartDes jeunes de l'association Arcade sur le chantier de l'église de Saint-Alban.
Des jeunes de l'association Arcade sur le chantier de l'église de Saint-Alban. - Sputnik France
1/4
Des jeunes de l'association Arcade sur le chantier de l'église de Saint-Alban.
© Photo Arcade - Amaury GomartDes jeunes de l'association Arcade sur le chantier de l'église de Saint-Alban.
Des jeunes de l'association Arcade sur le chantier de l'église de Saint-Alban. - Sputnik France
2/4
Des jeunes de l'association Arcade sur le chantier de l'église de Saint-Alban.
© Photo Arcade - Amaury GomartDes jeunes de l'association Arcade sur le chantier de l'église de Saint-Alban.
Des jeunes de l'association Arcade sur le chantier de l'église de Saint-Alban. - Sputnik France
3/4
Des jeunes de l'association Arcade sur le chantier de l'église de Saint-Alban.
© Photo Arcade - Amaury GomartDes jeunes de l'association Arcade sur le chantier de l'église de Saint-Alban.
Des jeunes de l'association Arcade sur le chantier de l'église de Saint-Alban. - Sputnik France
4/4
Des jeunes de l'association Arcade sur le chantier de l'église de Saint-Alban.
1/4
Des jeunes de l'association Arcade sur le chantier de l'église de Saint-Alban.
2/4
Des jeunes de l'association Arcade sur le chantier de l'église de Saint-Alban.
3/4
Des jeunes de l'association Arcade sur le chantier de l'église de Saint-Alban.
4/4
Des jeunes de l'association Arcade sur le chantier de l'église de Saint-Alban.
«Arcade est bien tombée, avec le Covid il y a eu un essoufflement sur le chantier et une perte de temps et de motivation», confie au quotidien Gaétan Bertrand-Lusignan, architecte du patrimoine et président des Amis de Saint-Alban.

L’association

Arcade compte huit autres chantiers à travers la France, sur base des demandes de propriétaires de lieux qui ont un projet public à mettre en place mais qui n’ont pas les moyens nécessaires.
«On souhaitait mettre en place un projet qui ait du sens, qui vienne en aide à une majorité de personnes, qui ait du sens pour notre pays», nous explique M.Gomart. «Le patrimoine est une chose qui nous tenait à cœur».
Malgré la pandémie, quelque 230 volontaires se sont proposés cet été pour les différents chantiers disponibles. «Les gens ont envie de bouger, d’aller à la campagne, de prendre l’air», poursuit-il, après une année 2020 marquée par une succession de confinements. Arcade propose ainsi une expérience qui permet un certain «retour aux sources» en extérieur en évitant les «gros attroupements» en période de crise sanitaire.
Les participants sont «passionnés par la cause du patrimoine», pour la plupart des «étudiants dans des grandes villes» dont la formation n’a rien à voir avec les métiers du bâtiment ou de l’artisanat. Ils viennent y vivre une expérience, «mettre la main à la pâte» ou plus précisément «les mains dans la terre». «C’est quelque chose que beaucoup recherchent aujourd’hui», conclut-il.
Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
EN DIRECT
Заголовок открываемого материала
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала