Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Sous pression américaine, l’Iran prend ses distances avec le Hezbollah

© AP Photo / Vahid SalemiUne manifestation en Irak après la frappe US qui a tué le général iranien Qassem Soleimani à Bagdad
Une manifestation en Irak après la frappe US qui a tué le général iranien Qassem Soleimani à Bagdad - Sputnik France, 1920, 25.08.2021
S'abonner
Le chef du Hezbollah a annoncé l’arrivée prochaine d’un second pétrolier iranien pour pallier la pénurie de mazout au Liban. Cette transaction prouverait l’importance des liens entre l’Iran et le mouvement chiite libanais. Pourtant, en raison de la pression américaine, Téhéran chercherait à prendre quelque peu ses distances. Analyse.
Et si l’Iran sauvait le Liban de la pénurie de mazout?
Le 22 août, pour la seconde fois en l’espace de quelques jours, Hassan Nasrallah, secrétaire général du Hezbollah, a annoncé qu’un pétrolier iranien partirait prochainement en direction du Liban. Le premier serait actuellement en mer Rouge. Dans son allocution télévisée, le chef du puissant parti chiite a également mis en garde les Américains et les Israéliens contre toute tentative de sabotage du navire.
Pour enrayer la crise des carburants au Liban, où plus de 80% des stations d’essence sont à sec, le leader du parti libanais a même émis l’hypothèse de faire appel à des entreprises iraniennes: «si aucune société n’est prête à effectuer des forages au large du pays pour exploiter les hydrocarbures, il y a des sociétés iraniennes qui sont prêtes à le faire», a-t-il déclaré.

Le Hezbollah isolé au Liban

Boudé par l’Occident en raison de l’immobilisme de la classe politique libanaise et marginalisé par les pays du Golfe, le pays du cèdre ne pourrait donc compter que sur l’Iran, qui profiterait de la crise pour y étendre son influence par le biais du Hezbollah. Une stratégie qui pourrait finalement le desservir, estime un doctorant, chercheur en droit et relations internationales, spécialisé dans les groupes armés au Moyen-Orient, qui a préféré garder l’anonymat.
«Est-ce que deux tankers iraniens vont résoudre la crise libanaise? Sur un plan symbolique, oui c’est une victoire, mais dans le fond, ça va jouer en sa défaveur. Vous savez comment les choses confessionnelles fonctionnent au Liban: on reprochera au Hezbollah de ne donner du mazout qu’aux populations chiites et donc ils seront isolés», estime-t-il au micro de Sputnik.
Hassan Nasrallah - Sputnik France, 1920, 19.08.2021
Crise libanaise: en important du pétrole iranien, le Hezbollah veut dynamiter la pression occidentale
Pourtant, Hassan Nasrallah l’a bien martelé, dès que le pétrolier iranien sera en mer, il sera considéré comme «un territoire libanais». Le mouvement chiite voudrait se servir de l’achat de cette cargaison par des hommes d’affaires chiites pour redorer son image au Liban. Car récemment, plusieurs événements ont renforcé la marginalisation du parti de Dieu vis-à-vis des autres communautés libanaises. Un accrochage a eu lieu à Khaldé le 1er août au sud de Beyrouth entre des tribus arabes sunnites et des membres du Hezbollah. Le 4 août, lors de la commémoration de l’explosion du port de Beyrouth, «plusieurs partis chrétiens n’ont pas hésité à pointer du doigt la responsabilité du Hezbollah dans ce drame», a récemment souligné pour Sputnik le journaliste libanais Paul Khalifeh. Quelques jours plus tard, sur fond de tensions avec Israël, un nouvel incident a provoqué des brouilles dans l’ensemble des régions mixtes chiites-druzes.
Et enfin, le 8 août, l’influent patriarche maronite Bechara al-Raï, dans son sermon hebdomadaire, a rappelé que le Liban devait être neutre et que seul l’État libanais, et non le parti chiite, pouvait décider d’entrer en guerre. Bref, tout laissait croire que le Hezbollah était sur la sellette. Mais indépendamment de ces critiques en interne, le puissant parti chiite peut compter sur son principal soutien financier.

L’Iran verse 700 millions de dollars au Hezbollah

«Le Hezbollah est la réussite de la politique étrangère iranienne, donc Téhéran n’abandonnera pas de sitôt le mouvement chiite», résume le spécialiste des groupes armés au Moyen-Orient. Contrairement aux autres partis politiques qui peinent à recevoir un soutien étatique extérieur, le Hezbollah peut toujours compter sur l’aide régulière de Téhéran. De fait, en raison de l’influence iranienne au Liban, les monarchies du Golfe boudent de plus en plus l’économie libanaise. Les chiffres reflètent d’ailleurs la diminution des relations économiques avec le Golfe ces dernières années. Les exportations libanaises vers l’Arabie saoudite ont littéralement fondu, passant de 427 millions de dollars en 2014 à 128 en 2018. Le constat est le même avec les Émirats arabes unis, les importations ayant chuté de 374 millions de dollars à seulement 37 sur la même période.
En 2020, en revanche, selon une étude du Pentagone l’aide iranienne au parti chiite s’élèverait à plus 700 millions de dollars.
«Il y a deux choses à distinguer sur le financement. Celui en nature, qui constitue environ 70 à 80%, c’est tout ce qui regroupe les armes, les armes légères, les voitures, les Kornet [missiles antichars, ndlr] pour maintenir une dissuasion vis-à-vis de l’ennemi israélien. Et 20 à 30% qui passent par plusieurs canaux, avec un financement direct. Ils passaient auparavant par les banques, mais plus maintenant en raison des sanctions. Il y avait des transactions sur des comptes en Turquie et en Irak avant d’être transférées sur des comptes libanais», explique le chercheur.
Une vue de Beyrouth plongé dans l'obsurité suite à une panne d'électricité, le 3 avril 2021 - Sputnik France, 1920, 18.08.2021
Sans électricité, sans carburant, sans gouvernement, le Liban s’enfonce dans la crise et craint le pire
En effet, Washington veille au grain. Dans la logique de pression maximale sur l’Iran et ses alliés régionaux, les États-Unis empêchent toutes les transactions bancaires entre ces différents acteurs. Après avoir classé le parti chiite parmi les organisations terroristes en 1995, l’administration américaine a pris les premières sanctions contre le parti chiite dès 1996. La loi d’Amato-Kennedy a sanctionné la Syrie et l’Iran pour leur soutien apporté au mouvement libanais. Cherchant coûte que coûte à couper les vivres du Hezbollah, le gouvernement américain a déjà procédé à une série de mesures coercitives contre plusieurs personnalités proches du parti de Dieu. En 2015, le Président Obama promulguait le «Hezbollah International Financing Prevention Act». Ce décret permettait de geler les avoirs aux États-Unis de tout individu ou entité soupçonnée de financer le Hezbollah ou d’avoir un quelconque lien avec le mouvement.

Le Hezbollah implanté dans le trafic de cocaïne en Amérique latine

Tous ces obstacles économiques et financiers auraient poussé l’Iran à prendre quelque peu ses distances avec le parti chiite. «Il faut comprendre que depuis la remise en place des sanctions sérieuses sous l’ère Trump, il y avait clairement eu de la part des Iraniens une demande que le Hezbollah devienne plus autosuffisant», souligne le chercheur, avant d’ajouter: «c’est dans ce sens que Téhéran avait théorisé l’économie de la résistance». La mise à l’écart économique de l’Iran aurait ainsi contribué à l’émergence de cette notion hybride.
De surcroît, une autonomie accrue du Hezbollah répondrait également à la pression de la rue iranienne. Lors des soulèvements en 2019-2020 contre les nombreuses pénuries, le chômage et l’inflation, les manifestants iraniens reprochaient au pouvoir central de privilégier les dépenses de politique extérieure, à savoir la Syrie, l’Irak, le Yémen et le Liban, au détriment de ses propres citoyens. De ce fait, le Hezbollah chercherait d’autres moyens de financement.
«Depuis, le Hezbollah a étendu son contrôle sur le trafic de drogue au Liban. Ce n’est pas forcément lui qui produit, mais ils ont plus ou moins la main dessus. Le captagon est la première exportation vers la Syrie. Disons qu’il y a un manque de volonté de lutter contre, car cela rapporte», nous explique le spécialiste du Moyen-Orient.
Des partisans du mouvement chiite libanais Hezbollah  - Sputnik France, 1920, 13.07.2021
Quinze ans après sa victoire contre Israël, le Hezbollah est devenu une puissance régionale
Et le Hezbollah n’est pas à son coup d’essai avec les stupéfiants. Il serait également bien implanté dans le trafic de cocaïne en Amérique latine. L’agence fédérale américaine de lutte contre le trafic de drogues, la Drug Enforcement Administration (DEA), avait lancé en 2008 le projet Cassandra pour enquêter sur l’important réseau de narcotrafic mis en place par le puissant mouvement chiite avec l’aide de Téhéran. Mais désireuse de trouver un accord sur le nucléaire iranien, l’Administration Obama avait fermé les yeux sur les nombreuses plaintes. Ce commerce illicite permettait au Hezbollah de collecter environ un milliard de dollars par an.
Cette relative autonomisation du Hezbollah s’expliquerait également par le contexte libanais. Nécessité fait loi:
«Bien évidemment que les Iraniens veulent capitaliser et tirer profit de leurs investissements depuis les années 80 au Liban. Mais vu l’ampleur de la crise, économiquement, le pays n’intéresse pas l’Iran. Ça ne deviendra pas un hub pour les produits iraniens», nuance le chercheur.
«Le Hezbollah pourrait devenir une carte à jouer pour l’Iran dans les négociations sur son programme nucléaire ou dans de futures négociations de paix», conclut-il. Compte tenu de la position du nouveau Président iranien sur la question, le Hezbollah a de beaux jours devant lui.
Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
EN DIRECT
Заголовок открываемого материала
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала