Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

«Ça va être problématique»: le président des musulmans de Levallois-Perret se méfie des réfugiés afghans

© REUTERS / Italian Ministry of DefenceDes Afghans évacués de Kaboul
Des Afghans évacués de Kaboul - Sputnik France, 1920, 26.08.2021
S'abonner
Alors qu’un sondage de l'institut CSA pour CNews révèle que 54% des Français sont favorables à l’accueil de réfugiés afghans par la France, Ali Essebki, président de l'Union des musulmans de Levallois-Perret, alerte les autorités sur ceux qui, «traumatisés» par la guerre, pourraient commettre «des actes très graves».
Comme l’a confirmé Florence Parly ce jeudi 26 août, la France a déjà évacué plus de 2.700 personnes, dont la plupart sont afghans, depuis le début de l’opération qui doit s’achever ce vendredi soir. La préfecture de Loire-Atlantique a déjà annoncé que 88 personnes, principalement des familles évacuées d'Afghanistan, ont été accueillies mercredi soir dans le département.
Invité ce matin de Jean-Marc Morandini sur CNews, Ali Essebki, président de l'Union des musulmans de Levallois-Perret (Hauts-de-Seine), a exprimé des doutes quant à l’accueil de réfugiés afghans.
«J’espère sincèrement que le gouvernement français va retenir la leçon de la crise migratoire qu’il y a eu en Syrie et tout ce qui en a découlé. Des personnes qui peuvent se balader à droite, à gauche, commettre des actes très graves. Je n'ose même pas imaginer demain qu'une personne venant d'Afghanistan, de confession musulmane, commettant des actes monstrueux sur le territoire français, tout ce que ça engendrerait derrière pour nous Français de confession musulmane», expose-t-il, ajoutant qu’il a déjà «vécu ça avec le Bataclan» et qu’il a «été traumatisé».
Il estime qu’il s’agit d’une «génération traumatisée» par la guerre qui dure en Afghanistan depuis 1970.
«On est sur une génération de gens qui n'a connu que ça. Oui, il y a un devoir de l'État français envers les personnes qui ont aidé l'ambassade et l'armée française. Avoir des gens sans visa, sans contrôle, sans cursus, sans savoir ce qu'ils ont fait dans le passé, je pense que ça va être très problématique», poursuit-il.

Ce que les Français en pensent

Suite au discours d’Emmanuel Macron du 16 août dans lequel il évoque sa volonté de lutter contre l’afflux migratoire que la situation en Afghanistan risque de provoquer en Europe, la classe politique française est divisée quant à l’accueil de réfugiés afghans en France.
l'évacuation des civils afghans depuis Kaboul (image d'illustration) - Sputnik France, 1920, 26.08.2021
La France se divise en deux sur l’accueil des réfugiés afghans
Les Verts ont été parmi les premiers à proposer d’en accueillir sur le sol français, notamment plusieurs maires EELV. Une initiative que ne partage pas le Rassemblement national qui a lancé une pétition pour stopper «l’accueil massif» d’exilés.
Un sondage de l’Institut CSA réalisé pour CNews les 24 et 25 août indique que 54% des Français se disent favorables à l’accueil d’Afghans en France. Le média précise que 66% des 18-24 ans sont enclins à accueillir des réfugiés afghans, contre 47-48% chez les 35-64 ans.
Les derniers chiffres de l’Office français de protection des réfugiés et apatrides (Ofpra) montrent qu’en 2020, les Afghans ont été la première nationalité à demander l’asile en France (10.110 demandes), devant la Guinée et le Bangladesh. D’après les chiffres d’Eurostat, 6.685 Afghans ont obtenu un statut protecteur en France en 2017.
Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
EN DIRECT
Заголовок открываемого материала
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала