Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Les talibans demandent aux femmes qui travaillent de rester «temporairement» chez elles

© AFP 2021 AREF KARIMIFemmes afghanes
Femmes afghanes - Sputnik France, 1920, 26.08.2021
S'abonner
Les talibans* ont provisoirement interdit aux femmes de quitter leur domicile, invoquant l’incapacité de garantir leur sécurité. La restriction sera, selon eux, de courte durée.
Les talibans*, qui ont appliqué une version stricte de la loi islamique lorsqu'ils dirigeaient l'Afghanistan avant 2001 et qui ont repris le contrôle total du pays il y a une dizaine de jours, ont demandé aux femmes qui travaillent de ne pas sortir de chez elles, rapporte la BBC.
«C'est une mesure très temporaire», a déclaré aux journalistes leur porte-parole Zabihullah Mujahid.
Expliquant cette restriction imposée aux femmes afghanes, il a invoqué des raisons de sécurité.
«Nos forces de sécurité ne sont pas formées pour ce qui est de s’occuper des femmes, comment parler aux femmes», a déclaré M.Mujahid.
«Jusqu'à ce que nous ayons une sécurité totale en place… nous demandons aux femmes de rester à la maison.»
Depuis leur retour au pouvoir, les talibans* ont tenté de véhiculer une image plus sobre, promettant des droits pour les femmes et les filles et une certaine liberté d'expression.
Lors d’une conférence de presse le 17 août, Zabihullah Mujahid avait déclaré que les droits des femmes seraient respectés en Afghanistan et qu’elles pourraient travailler et faire leurs études, mais dans le cadre de la charia. Il avait précisé que le port du hidjab n’était pas obligatoire, mais que les femmes devaient mettre un foulard.

Inquiétudes de l’Onu

La situation des droits des femmes en Afghanistan a suscité de vives inquiétudes au Conseil des droits de l’homme de l’Onu, dont une session extraordinaire a débuté mardi 24 août à Genève.
Dans une allocution à l'ouverture de cette réunion, la Haute-Commissaire de l'Onu aux droits de l'homme, Michelle Bachelet, a relevé que «la prise rapide d'une grande partie du pays, y compris la capitale, par les talibans* a fait craindre un retour aux violations des droits humains du passé et a attisé le désespoir de nombreux Afghans».
Elle a fait observer que, dans des déclarations au cours des dernières semaines, les talibans* s’étaient engagés à respecter et à protéger les droits humains.

Les promesses des talibans* accueillies avec scepticisme

«Une ligne rouge fondamentale sera la façon dont les talibans* traitent les femmes et les filles et respectent leurs droits à la liberté, à la liberté de mouvement, à l'éducation, à l'expression personnelle et à l'emploi, conformément aux normes internationales en matière de droits humains», a déclaré Michelle Bachelet.
Le porte-parole de la Haute-Commissaire, Rupert Colville, avait pourtant signalé devant la presse le 17 août que bien que les talibans* aient fait un certain nombre de déclarations «en apparence rassurantes», compte tenu de l’histoire passée elles «ont été accueillies avec un certain scepticisme».
*Organisation terroriste interdite en Russie
Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
EN DIRECT
Заголовок открываемого материала
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала