Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

«Nos frères, les talibans»: la ministre canadienne des Femmes et de l’Égalité des genres provoque un tollé

© Sputnik . Stringer / Aller dans la banque de photosDes talibans à Kaboul
Des talibans à Kaboul - Sputnik France, 1920, 26.08.2021
S'abonner
D’origine afghane, la ministre du gouvernement Trudeau Maryam Monsef s’est illustrée en appelant les talibans* «nos frères». Une expression qu’elle a justifiée par une «référence culturelle» tout en assurant qu’elle considérait toujours ce groupe comme terroriste.
La ministre canadienne des Femmes et de l’Égalité des genres, Maryam Monsef, s’est exprimée lors d’une conférence de presse mercredi 25 août sur la crise en Afghanistan. Membre du parti libéral, celui du Premier ministre Justin Trudeau, elle a employé des mots qui ont mis le gouvernement dans l’embarras.
L’extrait a suscité de vives réactions de leaders politiques canadiens, notamment Erin O’Toole, chef du parti conservateur, pour qui ce langage est «totalement inacceptable». «Après six mois d’inaction par le gouvernement Trudeau, il y a des milliers d’Afghans en danger à cause de leur soutien à notre pays», a-t-il ajouté.
Justin Trudeau a été poussé à s’exprimer sur l’intervention de sa collègue. «La ministre a adressé ses commentaires, je n’ai rien à ajouter, nous allons continuer d’être très fermes sur les talibans* en tant que terroristes et continuer de les pousser pour laisser les gens sortir de l’Afghanistan», a-t-il indiqué, cité par Le Journal de Montréal.

Référence culturelle

Interrogée sur ce choix de mots, Mme Monsef, d’origine afghane, a plaidé qu’il s’agissait d’une «référence culturelle», «les musulmans se référant aux uns et aux autres comme des frères et sœurs». «Nous ne soutenons pas les talibans*, nous sommes horrifiés que les progrès durement acquis au cours des 20 dernières années soient en jeu», a-t-elle insisté.
L’explication de Maryam Monsef n’a pas convaincu du côté des intervenants de l’émission «La Joute» sur la chaîne TVA Nouvelles. L’essayiste et chroniqueur Mathieu Bock-Côté a trouvé«politiquement scandaleux» qu’elle ait parlé «au nom de son “nous” communautaire, communautariste, plutôt qu’au nom de ses fonctions dans le cabinet».
Pour l’analyste Emmanuelle Latraverse, «ce n’est pas Maryam Monsef la réfugiée afghane qui parle, c’est Maryam Monsef la ministre du Canada», puisqu’elle s’exprimait avec d’autres membres du gouvernement (ministres de la Défense, des Affaires étrangères et de l’Immigration) lors de ce point presse.

Sanctions

Le Canada a pourtant montré une position ferme à l’égard du futur gouvernement formé par les talibans*, indiquant très tôt qu’il n’avait pas l’intention de le reconnaître. À l’instar de Moscou, Ottawa considère officiellement les talibans* comme une entité terroriste. Lundi 23 août, Justin Trudeau a même assuré qu’il plaiderait en faveur de sanctions contre ceux-ci lors du sommet du G7 qui se tiendrait le lendemain.
À l’issue de la réunion, il s’est finalement aligné sur les autres dirigeants, appelant les talibans* à «rendre compte de leurs actes pour empêcher le terrorisme et sur les droits humains, en particulier ceux des femmes». La légitimité et la reconnaissance du régime en place dépendront de ses «actes» et non de ses «paroles», ont insisté les dirigeants du G7.
*Organisation terroriste interdite en Russie
Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
EN DIRECT
Заголовок открываемого материала
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала