Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Tirs au décollage d'un avion italien de l'aéroport de Kaboul

Un Lockheed C-130J (archive photo) - Sputnik France, 1920, 26.08.2021
S'abonner
Un C-130J de l'armée de l'air italienne, utilisé pour les opérations d'évacuation, a essuyé des tirs lors de son décollage de l'aéroport de Kaboul. Selon Reuters et Corriere della Sera, l'avion n'était pas visé: il se serait agi de tirs en l'air de militaires afghans voulant disperser la foule.
Des tirs ont visé  un avion C-130J de l'armée de l'air italienne qui était en train de décoller ce jeudi 26 août de l'aéroport Hamid-Karzaï de Kaboul avec 98 civils afghans et des journalistes à son bord, relatent les médias.
L'incident n'aurait fait ni victimes, ni dégâts.
Selon La Stampa, les assaillants ont probablement utilisé des mitrailleuses lourdes positionnées à l'extérieur de l'aéroport ou sur une colline voisine. Le feu a été ouvert alors que l'avion s'était déjà détaché de la piste avec les moteurs à pleine puissance.
L'appareil a effectué une manœuvre d'urgence pour esquiver les tirs, ce qui a provoqué une panique à bord, d'après le quotidien Il Foglio. Il a ensuite poursuivi son vol avant d'atterrir à la base aérienne d'Al Salem au Koweït, d'où les personnes à bord pourront partir pour l'Italie, précisent les médias.
La veille, l'État islamique de la province de Khorasan (ISKP), filiale afghane de Daech* avait menacé de frapper des vols au départ d'Afghanistan, rappelle Il Foglio.
D'ailleurs, Reuters et le journal Corriere della Sera indiquent qu'il ne s'agissait pas d'une attaque contre un avion, mais de tirs en l'air. Selon les médias, des militaires afghans ont tiré des coups de semonce pour disperser la foule.

Alertes de sécurité concernant l'aéroport de Kaboul

Le 25 août, l'ambassade des États-Unis à Kaboul avait émis une alerte de sécurité concernant l'aéroport. Il avait déconseillé aux ressortissants américains de s’y rendre et appelé ceux qui s'y trouvaient déjà à quitter les lieux immédiatement.
Le Foreign Office britannique avait, quant à lui, déconseillé les voyages en Afghanistan, ajoutant que la situation sécuritaire dans le pays restait instable avec de «grands risques d'attaques terroristes». 
L'Australie, qui avait précédemment demandé à ses citoyens et aux personnes bénéficiant d'un visa de se rendre à l'aéroport de Kaboul, a aussi changé sa position le 25 août, appelant ses ressortissants et les personnes ayant un visa pour l'Australie à évacuer la zone en raison d'une «menace très élevée d'une attaque terroriste».

Évacuations de Kaboul

Le 15 août, les talibans*, qui menaient une offensive contre les plus grandes villes afghanes en profitant du retrait des forces américaines d'Afghanistan, sont entrés dans Kaboul. À leur approche, plusieurs pays ont commencé à faire évacuer leurs diplomates et ressortissants ainsi que les Afghans ayant collaboré avec les missions étrangères via l'aéroport de la capitale, où les vols commerciaux ont été suspendus.
Les opérations d'évacuation organisées sous le contrôle des États-Unis et d'autres pays de l'Otan ont provoqué le chaos à l'aéroport.
Des milliers de personnes ont afflué. Nombre d’entre elles ont essayé de prendre d'assaut des avions; des affrontements et des échanges de tirs ont eu lieu, faisant plusieurs morts.
*Organisation terroriste interdite en Russie
Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
EN DIRECT
Заголовок открываемого материала
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала