Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

L’infiltration terroriste menace-t-elle l’Europe à cause de l’afflux de réfugiés afghans?

© AFP 2021 WAKIL KOHSARDes Afghans souhaitant quitter Kaboul, le 28 août 2021
Des Afghans souhaitant quitter Kaboul, le 28 août 2021 - Sputnik France, 1920, 29.08.2021
S'abonner
Le représentant spécial du Président russe pour l’Afghanistan met en garde contre l’infiltration de terroristes au milieu des réfugiés afghans qui «préfèrent se ruer vers l’Europe». Depuis le début des évacuations depuis Kaboul, la France a exfiltré plus de 2.000 personnes.
Des terroristes et des radicaux pourraient faire partie des réfugiés afghans, a déclaré le 28 août le représentant spécial du Président russe pour l’Afghanistan, Zamir Kaboulov, sur la chaîne YouTube Soloviev Live.
«Il faut surveiller ça très attentivement, car sous l’apparence [de réfugiés, ndlr], peuvent se cacher des terroristes et radicaux. Mais pour la plupart, ce sont des réfugiés qui ne font pas confiance aux talibans* et essaient de traverser la frontière au nord-ouest et à l'est de l'Afghanistan», a-t-il indiqué.
«Il est clair que l’Iran, pour des raisons économiques et politiques, ne peut plus autoriser un afflux aussi important de réfugiés. Bien sûr, ils [les réfugiés afghans, ndlr] aspirent à aller au Pakistan. Ils sont déjà trois millions là-bas depuis longtemps. Tout le monde préfère se ruer vers l’Europe», a ajouté Zamir Kaboulov.

Un afflux de migrants en Europe

L’Europe s’apprête à être confrontée à un afflux de migrants après la prise de Kaboul par les talibans*. Le 21 août, la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen a exhorté à accueillir une partie des réfugiés exfiltrés de Kaboul. Des fonds budgétaires ont même été suggérés pour inciter les pays qui en aideraient «à s'installer sur leur territoire.»
Selon Reuters, environ 113.500 personnes ont été évacuées depuis le 14 août, la veille de l'entrée des talibans* à Kaboul.
Parmi les premiers pays à se déclarer prêts à accueillir les rescapés afghans figure le Canada qui a annoncé via le compte Twitter de Justin Trudeau sa volonté d’«élargir son programme de réinstallation à 20.000 Afghans» et «accélérer le traitement des demandes».
Quelques jours après, le Royaume-Uni a fait part de l’accueil de 20.000 réfugiés «à long terme».
Quant à la France, Emmanuel Macron s’est montré sceptique, lors de son intervention à la télévision du 16 août, à l’égard des flux migratoires afghans causés par l’arrivée au pouvoir des talibans*. Une allocution qui a ensuite été largement critiquée.
«L’Europe ne peut pas à elle seule assumer les conséquences de la situation actuelle. Nous devons anticiper et nous protéger contre des flux migratoires irréguliers», a déclaré le chef de l’État.  
Le 18 août, Gabriel Attal a assuré que «la France accueillera, comme chaque année, plusieurs milliers d'Afghans», regrettant «l'instrumentalisation politique» des propos d'Emmanuel Macron.
Dans une interview accordée le 28 août au Journal du Dimanche, le Président a dénoncé «une certaine forme de discours clientéliste qui agite les peurs».
«Mon rôle n'est pas d'agiter les peurs chez nos compatriotes, c'est d'apporter des solutions pour les résoudre», a-t-il ajouté, assurant vouloir «gérer cette pression migratoire avec humanité, fermeté, avec une capacité à protéger nos frontières comme il le faut, avec une solidarité entre Européens et une politique adaptée avec les pays de la région».
Ainsi, selon lui, la France et le Royaume-Uni vont appeler lors de la réunion de l’Onu sur la crise afghane du 30 août, à former à Kaboul une «safe zone» «qui permet de continuer les opérations humanitaires».
«C'est très important. Cela donnerait un cadre des Nations unies pour agir dans l'urgence, et cela permettra surtout de mettre chacun devant ses responsabilités et à la communauté internationale de maintenir une pression sur les talibans*», a-t-il ajouté dans son entretien au Journal du Dimanche.
La France a exfiltré plus de 2.000 personnes depuis la prise de Kaboul le 15 août, parmi lesquelles des ressortissants français et d'autres nationalités, ainsi que des Afghans.
*Organisation terroriste interdite en Russie
Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
EN DIRECT
Заголовок открываемого материала
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала