Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Pour la Russie, «l’honneur» doit pousser l’Otan à aider l’Afghanistan à se rétablir

© Sputnik . Stringer / Aller dans la banque de photosSituation en Afghanistan après l'arrivée au pouvoir des talibans (organisation terroriste interdite en Russie)
Situation en Afghanistan après l'arrivée au pouvoir des talibans (organisation terroriste interdite en Russie)  - Sputnik France, 1920, 30.08.2021
S'abonner
Alors que l’Afghanistan traverse une période difficile après la prise du pouvoir par les talibans*, un émissaire de Poutine prône une conférence internationale pour sa relance économique à laquelle participeraient notamment les pays membres de l'Otan qui y ont combattu pendant 20 ans. Selon lui, c’est une «question d’honneur».
Les pays membres de l'Otan qui ont participé aux opérations en Afghanistan doivent contribuer au rétablissement du pays, indique le représentant spécial du Président russe pour l'Afghanistan, Zamir Kaboulov, dans une interview accordée ce lundi 30 août à la chaîne Rossiya 24.
Pour Kaboulov, «tous les pays riches du monde devraient se réunir et, avec les représentants des nouvelles autorités afghanes, discuter des questions de relance économique et sociale».
«Tout d'abord, cela concerne les pays qui y ont déployé des armées pendant 20 ans et ont fait ce que nous constatons aujourd’hui. C'est une question d'honneur et de conscience pour ces pays afin de réparer au moins certaines des erreurs qu'ils ont commises», indique-t-il à la chaîne.
Le diplomate rappelle que la Russie «s'est toujours déclarée prête à participer aux efforts internationaux pour la relance socio-économique de l'Afghanistan».
Il souligne que pour y lancer la reprise économique, «il est nécessaire de dégeler les avoirs du gouvernement afghan aux États-Unis».
«Ce n'est en aucun cas dans le but de transférer de l'argent aux autorités talibanes*. Ces fonds sont nécessaires pour soutenir le cours de la monnaie nationale, qui s'effondre», ajoute-t-il.
«Deuxièmement, il sera nécessaire de convoquer une conférence internationale représentative, qui discutera des problèmes à résoudre. Mais, ce n'est pas seulement la priorité de la Russie, mais aussi de nombreux autres États», poursuit Zamir Kaboulov.
Il note par ailleurs l’importance de «stigmatiser et condamner la production de drogue sur le territoire afghan», mais aussi de «proposer une solution soutenue par des instruments financiers et économiques appropriés».

Cette autre manière de diriger promise par les talibans*

Les alliés de l'Otan sont entrés en Afghanistan après les attaques du 11 septembre contre les États-Unis pour s'assurer que le pays ne redevienne pas un refuge pour les terroristes internationaux. Au cours des deux dernières décennies, aucune attaque terroriste n’a été menée sur le sol allié depuis l'Afghanistan.
Les États-Unis avaient également assuré leur volonté de stabiliser la situation dans ce pays. Cependant, 20 ans plus tard, l'armée américaine rentre au pays, laissant derrière elle une nouvelle menace aux facettes multiples pour l'Asie, l'Afrique, le Moyen-Orient et l'Europe, notamment les flux migratoires.
Le Conseil de l'Europe a invité ce lundi 30 août les États membres à accélérer les formalités d'arrivée des demandeurs d'asile et d'assurer la lutte contre l'immigration illégale conformément au respect des droits de l’homme.
«L'arrivée d'Afghans réclamant leur protection peut constituer un défi, mais il doit être relevé conformément aux principes des droits de l'homme en vigueur, et ne pas être saisi comme une opportunité d'éroder davantage le système de protection en Europe», a déclaré la commissaire aux droits de l'homme du Conseil de l'Europe, Dunja Mijatovic.
*Organisation terroriste interdite en Russie
Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
EN DIRECT
Заголовок открываемого материала
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала