Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

La bataille de l’aéroport de Kaboul continue: Erdogan prêt à tous les compromis pour en obtenir la gestion?

© REUTERS / Ahmad MasoodL'aéroport international Hamid-Karzaï de Kaboul (archive photo)
L'aéroport international Hamid-Karzaï de Kaboul (archive photo)  - Sputnik France, 1920, 01.09.2021
S'abonner
Les négociations s’intensifient entre Ankara et les talibans*. Les premiers espèrent toujours récupérer la gestion globale de l’aéroport international de Kaboul, négociée via l’Otan, les seconds sont déterminés à en assurer la sécurité. Au micro de Sputnik, le géopolitologue Pascal Le Pautremat revient sur les enjeux autour de la gestion de ce hub.
Ça coince entre le gouvernement turc et les talibans*. En quelques jours, la Turquie n’est plus sûre de rien, elle qui avait obtenu d’assurer la gestion et la sécurité de l’aéroport de Kaboul. Un accord tripartite entre Ankara, Washington et le gouvernement d’Achraf Ghani avait été trouvé à cette fin au début de l’été. Désormais au pouvoir, les talibans* ont revu cette proposition à la baisse, ne proposant à Ankara que d’en assurer que la gestion, tandis que le groupe fondamentaliste prendrait la main sur la sécurité du site. 
Afghanistan - Sputnik France, 1920, 30.08.2021
L’armée américaine a totalement quitté l’Afghanistan, des coups de feu entendus à Kaboul
«L’aéroport international de Kaboul est un sas d’ouverture sur l’extérieur», résume pour Sputnik le géopolitologue Pascal Le Pautremat.
Territoire aux routes sinueuses et au relief accidenté, l’Afghanistan reste dépendant des ponts aériens pour tout type d’approvisionnement. C’est par exemple le seul moyen de fournir une aide humanitaire qui pourrait s’avérer indispensable dans les mois et les années à venir.
«Que disent les talibans* au sujet de l’aéroport? Ils disent “donnez-nous la sécurité et vous l’exploitez”. Comment pouvons-nous vous confier la sécurité?», a ironisé Recep Tayyip Erdogan ce 29 août dans plusieurs médias, dont l’agence de presse officielle Anadolu.
«Admettons que vous preniez en charge la sécurité, mais alors que dire au monde si un autre bain de sang se produisait là-bas? Ce n’est pas simple», a-t-il poursuivi. En effet, Pascal Le Pautremat, conférencier et chargé de cours dans l’Enseignement supérieur sur les crises et conflits contemporains, voit «mal» la Turquie confier la sécurité du site à «des amateurs» comme les talibans*.

Kaboul, nouvelle pièce dans le jeu régional turc?

Les choses pourraient toutefois se décanter entre les nouveaux maîtres de Kaboul et Ankara. Comme l’a relaté Middle East Eye le 28 août, les talibans* seraient proches d’un accord, même si les récentes déclarations d’Erdogan sur la sécurité de l’aéroport brouillent quelque peu les pistes. Les nouveaux maîtres de Kaboul sont en pourparlers parallèles avec l’acteur régional le plus proche de la Turquie: le Qatar. Et ce, dans l’espoir de voir ceux qui leur ont servi de médiateurs ces dernières années participer à la gestion de l’aéroport.
Des talibans à Kaboul - Sputnik France, 1920, 19.08.2021
Afghanistan: la Turquie souhaiterait voir les talibans «s’orienter vers un mouvement islamo-nationaliste»
Toujours selon Middle East Eye, il existerait déjà plusieurs points d’accord: la Turquie reconnaîtrait les talibans* comme le gouvernement légitime de l’Afghanistan. Ankara assurerait la sécurité de l’aéroport par l’intermédiaire d’une entreprise privée, dont le personnel sera composé d’anciens soldats et policiers turcs. Des membres supplémentaires des forces spéciales turques, opérant en civil, seraient présents pour sécuriser le personnel technique turc, ne quittant pas le périmètre de l’aéroport.
Renoncer à avoir ses troupes en uniforme sur l’aéroport de Kaboul constituerait une concession importante pour Erdogan, chatouilleux sur les symboles, le chef d’État serait sûrement prêt à s’y plier tant les dividendes pourraient être importants pour la Turquie:
«Je vois encore plus mal Erdogan renoncer à garder un pied en Afghanistan, avec des avantages géostratégiques et économiques évidents», considère Pascal Le Pautremat.
Le sous-sol afghan regorge de minéraux. Les recettes potentielles sont estimées entre un et 3.000 milliards de dollars. Un marché séduisant pour n’importe quelle puissance. Le pays est aussi stratégiquement situé en Asie centrale, au carrefour entre l’Asie orientale et occidentale.

Carrefour stratégique et richesses minérales

Sanctuariser une présence en Afghanistan permettrait à Erdogan de se positionner une nouvelle fois comme acteur incontournable sur la scène régionale. Un pas de plus dans sa volonté assumée de redonner un rayonnement international à la Turquie.
Ankara l’a d’ailleurs laissé entendre: avec ou sans gestion de l’aéroport, la Turquie gardera une mission diplomatique dans le pays aussi longtemps que possible.
«Nous planifions actuellement le maintien de notre présence diplomatique», a déclaré le chef d’État turc, ajoutant que les plans étaient constamment mis à jour en fonction de la situation sécuritaire. «Nous tenons prêts tous nos plans alternatifs nécessaires. Notre priorité est la sécurité de notre personnel», a-t-il ajouté.
De surcroît, quand la Turquie pose un pied en Afghanistan, l’Otan y garde un orteil. Après une année 2020 glaciale entre Ankara et ses supposés alliés occidentaux, année marquée par des sanctions imposées par les seconds sur le premier, le chef d’État turc tente de calmer le jeu en 2021. Assurer ainsi à l’Otan une présence en Afghanistan serait un important service rendu à l’alliance atlantique.

Ouverture sur le monde extérieur

Dans ses négociations avec les talibans*, la Turquie a un avantage, elle entretient de bons rapports avec le Pakistan. Une variable essentielle pour pouvoir composer avec les nouveaux maîtres de Kaboul et espérer obtenir gain de cause sur la gestion et la sécurité de l’aéroport. Islamabad et les «étudiants en religion» entretiennent depuis plusieurs décennies des relations fructueuses, les seconds étant soupçonnés d’être sous perfusion pakistanaise.
*Organisation terroriste interdite en Russie
Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
EN DIRECT
Заголовок открываемого материала
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала