Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Algérie: «Il faut un plan Marshall pour sauver les villages sinistrés de Kabylie»

© AP Photo / Fateh GuidoumFeu de forêt en Algérie
Feu de forêt en Algérie - Sputnik France, 1920, 04.09.2021
S'abonner
Les incendies qui ont ravagé la Kabylie durant le mois d’août ont détruit plusieurs milliers d’hectares de plantations. Un désastre pour de nombreuses familles installées dans des villages de montagnes. Un expert en développement local appelle l’État algérien à lancer «un plan Marshall» pour sauver les localités touchées par les feux. Reportage.
Ghenima Bakir ne se remet toujours pas de cette terrible nuit du 9 au 10 août 2021. À 83 ans, cette habitante d’Ighil Bougueni, l’un des quatre villages construits sur le plateau de la dorsale des Ath Amer Oussaïd en Haute Kabylie, affirme avoir vu «le feu de l’enfer».
«Je n’ai jamais vu de tels incendies, même durant la guerre de libération. C’était une véritable tempête de feu. Nous n’avons pas compris comment ce feu se déplaçait, il passait d’un village à l’autre en quelques minutes. Tard dans la nuit, ma maison était entourée d’un feu venu de l’enfer», raconte Ghenima à Sputnik.
© Sputnik . Assia BakirGhenima Bakir, 83 ans, habitante d’Ighil Bougueni, a perdu toutes ses plantations lors de l’incendie de la nuit du 9 août
Ghenima Bakir, 83 ans, habitante d’Ighil Bougueni, a perdu toutes ses plantations lors de l’incendie de la nuit du 9 août - Sputnik France, 1920, 21.09.2021
Ghenima Bakir, 83 ans, habitante d’Ighil Bougueni, a perdu toutes ses plantations lors de l’incendie de la nuit du 9 août

Paysage lunaire

Ighil Bougueni, qui s’étend sur 1.100 hectares, a perdu toute trace de verdure. Les montagnes verdoyantes ont laissé place à un paysage lunaire, dominé par des tons noir charbon et gris cendre. La tempête de feu qui s’est abattue durant plusieurs jours a ravagé tous les arbres. Ghenima et les membres de sa famille ont été particulièrement affectés par la perte d’un olivier de plus de 300 ans.
«C’était un olivier qui appartient à la famille mon père. Un grand arbre très productif qui permettait de faire de belles récoltes d’olives. Mes enfants et moi possédons plusieurs parcelles sur les flancs des montagnes qui entourent le village où sont plantés des oliviers. Une centaine d’arbres qui pouvaient donner jusqu’à 1.000 litres d’huile par an. Tout a été détruit. Il ne reste plus rien», regrette-t-elle.
Comme de nombreuses familles de Kabylie, les Bakir ont perdu un patrimoine bâti par plusieurs générations. En plus des oliviers, Ghenima et ses enfants ont également perdu dix ruches, des cerisiers, des pommiers, des chênes, des amandiers et des figuiers. Selon les chiffres officiels de la wilaya (préfecture) de Tizi Ouzou, ces feux ont touché une superficie de 41.500 hectares, dont 30.452,5 ha de plantations agricoles. Le bilan humain est très important: 79 morts et 1.015 blessés dont plus de 700 hospitalisés. Dans le village d’Agoulmime Ikhelidjen, hameau situé près de la ville de Larbaa Nath Irathen, 17 personnes ont péri dans ces incendies.
© Sputnik . Tarek HafidCimetière d’Agoulmime Ikhelidjen, village qui a payé un lourd tribut lors des incendies
Cimetière d’Agoulmime Ikhelidjen, village qui a payé un lourd tribut lors des incendies - Sputnik France, 1920, 21.09.2021
Cimetière d’Agoulmime Ikhelidjen, village qui a payé un lourd tribut lors des incendies

Le spectre d’un exode rural

Ighil Bougueni a lui aussi son martyr du feu. Iddir Oufferoukh, 38 ans, père de trois enfants, est mort en sauvant son troupeau d’ovins. Il a été piégé par les flammes en retournant dans la bergerie pour récupérer sa dernière brebis.
Tizi Ouzou, la forêt brûle sur les flancs du barrage de Taksebt - Sputnik France, 1920, 11.08.2021
La Kabylie en flammes, l'Algérie en deuil - reportage
Farida et Djouher, les filles de Ghenima, sont désespérées. Elles n’arrivent pas à imaginer l’avenir. Selon elles, les dédommagements que pourraient allouer les autorités ne suffiront jamais à couvrir les pertes. «En Kabylie, l’olivier a une valeur inestimable. Ceux qui acceptent de vendre leurs arbres exigent des fortunes. Un jeune olivier peut coûter jusqu’à deux millions de dinars (12.500 euros)», explique Farida à Sputnik. Pour Djouher, le plus difficile sera de tout replanter. Une tâche qui s’annonce «colossale».
«Mon père et ma mère ont planté des oliviers mais ils les ont surtout irrigués en transportant de l’eau à dos de mulet durant trois longues années. C’est la seule manière d’atteindre les arbres qui sont dans les pentes escarpées. Il n’y a pas d’eau sur place, il faut aller à la fontaine du village. Aujourd’hui, qui a la force de faire un tel travail? Aujourd’hui les gens ont peur, ils ne savent pas de quoi ils vont vivre à l’avenir. À mon avis, des villages vont se vider», suppose-t-elle.
Retour vers la vallée de Tizi Ouzou en compagnie de Farida. L’aînée des Bakir, notre guide du jour, choisit de prendre la route de Beni Yeni, l’un des premiers villages touchés par les incendies du mois d’août. Là encore, tout n’est que désolation. Les techniciens de la Sonelgaz, la compagnie algérienne d’électricité, plantent des poteaux et posent des câbles à l’entrée de l’agglomération. Sur les pentes du village d’Ath Larbaa, il ne reste plus que les silhouettes de milliers d’oliviers calcinés. Farida soupire à chaque virage.
Pour Saïd Benmerad, expert en développement local, ces incendies ont provoqué une catastrophe multiforme: «environnementale, écologique, économique, agricole et sociologique». C’est l’économie de montagne d’une partie de la Haute-Kabylie qui est sinistrée. Il explique à Sputnik en quoi c’est une région spécifique.
«Nous sommes face à une situation d’urbanisation de la montagne. Il y a environ 500 agglomérations dans ces montagnes. Les crêtes sont presque toutes habitées. C’est une des plus fortes dispersion et densité de population en Algérie. Dans cette partie de la Kabylie, il n’y a pas de déserts ruraux comme il en existe dans certaines régions de France ou d’Italie. Des espaces qui étaient jadis à vocation agricole ont été lotis, notamment par les familles qui résident à l’étranger», souligne-t-il.
Un Beriev Be-200 - Sputnik France, 1920, 13.08.2021
Lutte contre les incendies: l’Algérie devrait opter pour l’avion bombardier d’eau russe Beriev Be-200
Selon Saïd Benmerad, «il faut que le gouvernement lance un plan Marshall pour sauver les villages sinistrés de Kabylie». «Toutes les actions d’aménagement du territoire en Haute-Kabylie n’a pas fait l’objet d’un véritable programme, il est temps que ce plan soit mis en œuvre», insiste-t-il. L’expert estime que sans l’aide de l’État, de nombreuses familles de Haute-Kabylie risquent de se retrouver en situation de pauvreté.
«Il faut s’attendre à un appauvrissement des populations des villages touchés par les incendies. Il faut savoir que les familles s’adonnent à diverses activités: arboriculture, de petits potagers, ruches et petits élevages. Il y a l’olivier bien entendu, le figuier et le cerisier, mais aussi les arbres fourragers comme le frêne et le caroubier qui servent d’alimentation d’appoint aux élevages. Ce sont toutes ces activités qui permettaient aux familles de vivre. Aujourd’hui, certaines n’ont plus rien», ajoute Saïd Benmerad.
Le retour à la vie dans les montagnes de Kabylie dépend donc de l’engagement de l’État ainsi que des comités de village qui ont un rôle social très important dans la région.
Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
EN DIRECT
Заголовок открываемого материала
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала