Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

«Les coups de fil n’arrêtaient pas»: le numéro de téléphone de Marine Le Pen fuite sur les réseaux sociaux

© Sputnik . Dominique Boutin / Aller dans la banque de photosMarine Le Pen
Marine Le Pen - Sputnik France, 1920, 09.09.2021
S'abonner
Le téléphone de la présidente du Rassemblement national a été publié sur les réseaux sociaux, selon France Inter. De nombreux inconnus l’ont appelée, la forçant à changer de numéro. Elle a déposé plainte.
Pendant quelques jours cet été, Marine Le Pen était injoignable par ses proches. En cause, son numéro de téléphone a été diffusé de façon malveillante sur les réseaux sociaux. Elle aurait de fait reçu de nombreux appels indésirables. Elle a déposé plainte.
«Je m'inquiétais, elle ne me répondait plus!», confie à France Inter un cadre du Rassemblement national (RN). La présidente du parti avait en fait déjà changé de numéro. «Les coups de fil n'arrêtaient pas», précise un de ses proches, resté anonyme.
Le coupable? Un «service commercial», d’après la radio, qu’elle a utilisé dans sa vie privée et qui aurait donc volontairement fait fuiter l’information. Mais l’histoire est déjà derrière elle, la femme politique n’en serait pas sortie très tourmentée: «Elle ne vient pas d'une famille qui se laisse intimider», glisse un membre de son parti.

Campagne présidentielle

Marine Le Pen se concentre désormais sur sa troisième campagne présidentielle. Sa rentrée politique est en tout cas annoncée pour ce week-end, les 11 et 12 septembre, à Fréjus (Var). Elle devrait notamment acter son départ de la présidence du RN pour passer le flambeau à Jordan Bardella. Elle présentera également plusieurs membres de son équipe de campagne.
Le mot-clé de sa candidature sera «libertés», au pluriel. Dans un entretien au Figaro publié mercredi 8 septembre, elle évoque la défense des «libertés collectives» via l’instauration de la proportionnelle et la création du référendum d’initiative populaire. L’autre «grande liberté» est selon elle la sécurité, et la troisième est la «liberté collective de pouvoir protéger notre lieu de vie», ce qui inclut l’écologie.
Parmi ses mesures déjà annoncées figure la nationalisation autoroutes, ce qui permettrait de «faire baisser de 10 à 15% le prix des péages» tout en fournissant un milliard et demi d’euros par an à l’État. La privatisation de l’audiovisuel public est son autre grand projet, là aussi dans un souci de sauvegarde du pouvoir d’achat. «C’est immédiatement 2,8 milliards de redevance que nous rendons aux Français», plaide-t-elle auprès du quotidien.

La menace Zemmour

Dans le sondage de Harris Interactive pour Challenges du 8 septembre, le duel Macron-Le Pen domine toujours les intentions de vote, respectivement avec 25 et 23% au premier tour, avec une victoire du Président sortant au second tour (54 contre 46%). Toutefois, dans l’hypothèse d’une candidature d’Éric Zemmour, la candidate du RN passerait à 19%, tandis qu’Emmanuel Macron dominerait toujours avec 23%.
Le polémiste recueillerait 7% des intentions de vote, alors que l’institut de sondage lui donnait 5% deux mois plus tôt. «C’est le signe que sa candidature apparaît de moins en moins hypothétique et de plus en plus crédible aux yeux des Français», analyse dans Challenges Jean-Daniel Lévy, le directeur général délégué de Harris Interactive. 11% de ceux qui ont voté Marine Le Pen et 13% de ceux qui ont voté François Fillon en 2017 pencheraient désormais pour le chroniqueur de CNews.
Toujours dans Le Figaro, Mme Le Pen assure ne pas voir d’adversaire parmi ceux dont elle considère qu’ils «croient en la France», mais ne peut s’empêcher de tacler Zemmour, qui mord sur une partie de son électorat. «Le véritable suicide français, c’est la division du camp national».
Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
EN DIRECT
Заголовок открываемого материала
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала